Grâce à l’intelligence artificielle, Google s’est débarrassé de pas moins de 700 000 applications néfastes présentes sur le Play Store.

Les applications trompeuses sont nombreuses à réussir à se faufiler pour se faire une place dans le magasin d’applications de Google. Pour n’en citer qu’une, Google a récemment fait face à une fausse app Uber. L’objectif de cette dernière était de subtiliser les identifiants des utilisateurs afin de les revendre sur le deep web par la suite. Semblable en de nombreux points à l’application officielle, il a été facile de berner les utilisateurs. De nombreuses apps dangereuses copient les modèles officiels dans le but de profiter de la notoriété de ces derniers, souvent largement téléchargés à travers le monde.

Si ces situations sont récurrentes sur le google Play Store, la firme a néanmoins annoncé avoir retiré environ 700 000 applications malveillantes préalablement repérées par son intelligence artificielle. Dans un communiqué, le gestionnaire produit du Play Store Andrew Ahn a indiqué avoir supprimé 70% d’applications en plus que durant l’année précédente. Il explique aussi classer les applications selon trois catégories : les copies (comme celle d’Uber récemment), le contenu inapproprié et les apps dangereuses. Le contenu inapproprié concerne tout particulièrement la pornographie, considérée comme interdite sur la plateforme.

Andrew Ahn explique ensuite que « 99% des applications avec des contenus abusifs ont été identifiées et supprimées avant que les utilisateurs ne les installent ». De quoi relativiser l’important nombre de 700 000 applications. À ce titre, plus de 10 000 développeurs ont été bannis de la plateforme d’apps durant l’année 2017.

Si Google a pu réaliser des chiffres aussi élevés, c’est principalement grâce à l’utilisation du machine learning. Dans ce cas, la technologie était chargée de trier, analyser et scanner toutes les applications soumises au magasin.

Google souhaite montrer à ses utilisateurs qu’il reprend peu à peu la main et le controle sur sa boutique d’applications, régulant au mieux son Play Store pour proposer plus de sécurité.

Source : Digital Trends