Des chercheurs ont développé un nouveau système pour interagir avec les objets connectés qui nous entourent. Il s’agit d’une seconde peau truffée de capteurs qui permet de contrôler un appareil électronique d’un simple geste de la main.

La plupart des grandes entreprises se focalisent sur le développement de la reconnaissance vocale comme un nouveau moyen d’interaction entre un humain et une machine. Une équipe du centre de recherche Helmholtz-Zentrum Dresden-Rossendorf à Dresde en Allemagne a trouvé un autre moyen de commander un appareil sans utiliser un contrôleur physique comme une télécommande ou un smartphone. Pour cela, ils ont imaginé un système ou les interactions sont effectuées à partir de simples gestes de la main.

Les chercheurs ont mis au point une seconde peau électronique qui est sensible aux variations de champs magnétiques. Cette « e-skin » est aussi fine qu’un pansement et ressemble à un patch couleur peau. Elle possède 8 capteurs magnétiques qui lui permettent de détecter avec précisions les mouvements subtils de la main. Un ordinateur est ensuite nécessaire pour traiter les informations reçues et les convertir en commande avant de les transmettre à l’appareil.

Plusieurs applications de cette technologie sont envisageables. Imaginez allumer et éteindre la lumière ou monter le volume de la musique avec un mouvement de la main. Le secteur de la robotique pourrait également profiter de cette innovation. Comme l’expliquent les chercheurs, « Cela peut également être très important dans le domaine prospectif de la robotique molle, où le fait d'avoir des composants rigides conventionnels est indésirable, car ils peuvent casser ou contraindre le mouvement lorsque les robots mous se courbent ou se tordent ».

Les chercheurs envisagent également d’explorer les possibilités de cette technologie pour la réalité virtuelle. En effet, ce patch pourrait remplacer une manette classique encombrante, mais également proposer une expérience plus immersive encore.

À l’heure actuelle, il n’est pas prévu de commercialiser ce système bien que les chercheurs continuent de travailler sur le projet. Dans un second temps, ils souhaitent ajouter la possibilité d’envoyer un stimulus à l’utilisateur afin que la seconde peau puisse réagir en fonction de ses mouvements.

Source.