Environ un an après son installation, le purificateur d’air chinois semble démontrer ses capacités au travers de résultats plutôt satisfaisants.

Ce n’est pas la première initiative lancée par le pays pour lutter contre l’atmosphère très polluée de certaines zones. Il y a quelques mois, un architecte avait présenté un projet consistant en la construction de deux tours végétalisées d’environ 200 mètres de haut. Prévus pour l’années 2018, les deux bâtiments ont pour objectif de purifier l’air afin d’apporter aux habitants un peu plus d’oxygène. Outre ce projet, la Chine s’est lancée dans la construction du « plus grand purificateur d’air au monde ». En place depuis un peu moins d’un an, il semblerait que le bâtiment apporte déjà une amélioration.

Haut de 100 mètres et installé dans la province de Shaanxi, au centre la Chine, l’objet en question est entouré de serres. Ces dernières sont chargées d’aspirer l’air pollué présent autour du purificateur avec de le réchauffer grâce à l’énergie solaire. L’air chaud monte ensuite au sommet de la tour tout en passant au travers de plusieurs filtres censés le purifier, puis il ressort par le sommet.

Dans la semaine, le South China Morning Post a publié des résultats préliminaires apportés par des chercheurs de l’institut de l’environnement de l’Académie chinoise des sciences. Selon les responsables du projet qui ont analysé la douzaine de capteurs présente sur l’installation, le purificateur d’air fonctionne et a déjà montré ses capacités. Le dirigeant de l’étude, Cao Junji explique que « des améliorations de la qualité de l’air ont été observées sur une zone de 10 km2 […] et que la tour a réussi à produire plus de 10 millions de mètres cubes d’air pur par jour depuis son lancement ». Selon les témoignages de quelques habitants de la zone, la qualité de l’air serait effectivement meilleure depuis l’installation du purificateur.

Néanmoins, ces résultats préliminaires sont à prendre avec des pincettes puisque les responsables du projet n’ont fourni ni données ni chiffres concernant leurs analyses. Et autant dire qu’ils ont tout intérêt à ce que le projet fonctionne.

Des données plus détaillées sont cependant attendues pour le mois de mars.

Source : South China Morning Post