Les enceintes Echo se sont vendues à tour de bras ces derniers temps, des gadgets dotés de commandes vocales ont fait parler d’eux … Et Amazon continue sur sa lancée en annonçant au CES 2018 sa volonté d’élargir la palette des dispositifs sur lesquels son assistant vocal intelligent, Alexa, pourrait fonctionner. Des montres connectées aux casques audio en passant par l’ensemble des supports que l’on peut trouver dans une maison dite intelligente, Alexa pourra satisfaire son utilisateur, quel que soit le support qu’il utilise.

Tout l’enjeu pour Amazon résidait dans la proposition aux constructeurs de smartphones, de montres, et autres appareils, d’un système simple, nécessitant peu d’investissement et peu d’effort d’intégration. Le défi est relevé puisque le géant de la distribution a annoncé dès l’ouverture du CES l’arrivée courant été 2018 du kit « Alexa Mobile Accessory » permettant aux fabricants d’intégrer l’assistant vocal intelligent Alexa dans tout type de produits mobiles. Le principe ? Tous ces supports (casques audio, smartwatches, fitness trackers, réveil connectés, …) transmettent des commandes vocales et des requêtes à l’application Alexa sur un smartphone iOS ou Android connecté, qui les transmet ensuite à Alexa Voice Service (AVS), plus simple à utiliser pour les développeurs que AVS Device SDK, conçu pour les produits autonomes,.

Bose, Jabra, Bowers, iHome, … Autant d’entreprises qui se sont déjà engagées à utiliser le nouveau kit logiciel Alexa sur leurs supports. Et c’est avec enthousiasme que le Directeur produit de Bose évoque dans un communiqué « l’excitation de Bose à offrir à ses clients une toute nouvelle expérience grâce à Alexa ».

Quelques semaines après que des milliers de personnes se soient vues offrir pour Noël l’AirPod d’Apple qui intègre déjà Siri, ou l’assistant vocal de Google qui se miniaturise pour une cinquantaine d’euros, s’afficher sur l’intelligence artificielle permettrait à Amazon de s’imposer un peu plus comme concurrent dans cette bataille pour l’imposition d’un système. La lutte entre “Alexa” et “Hey Google” prend un nouveau tournant.