C’est la question que l’on peut se poser quand on évoque la société Amazon. Même si la firme est loin derrière Google et Facebook en termes de revenus publicitaires avec une projection de 2,4 milliards de dollars en 2018 alors que les deux autres acteurs obtiennent atteignent respectivement 40 et 26 milliards de dollars. Pour Amazon, les revenus publicitaires proviennent des bannières diffusées sur son site uniquement. Mais avec l’arrivée des assistants vocaux dans les foyers et les entreprises, la croissance des revenus publicitaires devient une belle opportunité pour Amazon Alexa.

On a évoqué sous différents angles et sujets la technologie et les produits commercialisés par Amazon sur le marché des assistants vocaux. Alexa est le nom donné à la technologie, quant à Echo, Echo Show ou encore Dot, ce sont les supports qui matérialisent justement Alexa. Chacun possédant ses propres caractéristiques et fonctionnalités. Si les produits sont commercialisés, les revenus générés par leur vente ne seront pas suffisants pour Amazon si la société souhaite rejoindre le podium des géants publicitaires (aujourd’hui cinquième société). C’est là qu’intervient une source travaillant chez Amazon interrogée par CNBC. Cette dernière révèle des tests publicitaires et des négociations avec des industriels pour diffuser des publicités sous la technologie Alexa. Derrière les industriels, on retrouve (entre autres) des géants comme Procter & Gamble ou encore Clorox (produits d’entretien aux États-Unis).

Alexa, achète-moi du dentifrice !” – l’utilisateur, “D’accord, je peux chercher une marque, comme Colgate. Que voulez-vous? – Alexa.

Alors sous quelles formes peuvent prendre les publicités diffusées à travers un assistant vocal ? Pour Amazon, il y a plusieurs choix ou opportunités. Comme évoqué plus haut, la technologie Alexa se décline sous différents produits. Pour faire simple, soit l’on choisit une enceinte (Echo), soit l’enceinte où s’intègre également un écran (Echo Show). De là, on peut imaginer le rendu publicitaire. Pour Amazon Echo Show doté d’un écran, on peut imaginer une déclinaison des bannières existantes sur le site web Amazon déjà existantes (rien de disruptif). Quant à l’enceinte Echo, la publicité ne serait plus qu’audio. Un partenariat publicitaire existe déjà (aux États-Unis) avec la marque d’hygiène dentaire Procter & Gamble, Colgate : “Alexa, achète-moi du dentifrice !” – l’utilisateur, “D’accord, je peux chercher une marque, comme Colgate. Que voulez-vous?” – Amazon Alexa.

C’est là où ça devient intéressant publicitairement parlant. La publicité devient une suggestion et non plus une simple annonce visuelle. La marque est citée et suggérée. Cependant pour le propriétaire de l’enceinte Echo, on peut se poser la question de la transparence… À quel moment, la personne sera avertie par la diffusion d’un message commercial ? En attendant, il faut voir si le taux de pénétration du marché des assistants vocaux atteint un seuil où l’on pourra prendre du recul sur la viabilité du business model et les ressentis consommateurs. Mais il est vrai que les fonctionnalités intelligentes d’Amazon Alexa offrent de belles perspectives publicitaires et un renouveau du modèle.

Source : CNBC.