La boîte de nuit Karlovy Lazne à Prague a remplacé son DJ par un bras robotisé industriel de la marque KUKA.

Ce n’est pas la première fois que l’on retrouve KUKA impliqué dans des missions artistiques. L'artiste Nigel John Stanford avait mis plusieurs robots à contribution pour jouer de différents instruments de musique. Guitare, platines, piano, batterie … le résultat est impressionnant grâce aux longs mois de travail de l'artiste.

Déjà habitués aux platines, les bras robotisés de KUKA Robotics ont maintenant trouvé une résidence au sein d’une discothèque. Située à deux pas du Pont Charles, Karlovy Lazne va accueillir de façon ponctuelle un robot sur scène. Il est équipé d’un logiciel qui lui permet de prendre un CD dans un rangement, choisir une chanson, insérer le CD dans la platine, et lancer la musique. Comme on peut le voir sur la vidéo, il est même équipé de quelques mouvements pour danser sur certaines musiques.

Si l’on peut difficilement apprécier les qualités artistiques d’un tel robot, on peut admirer le coup marketing de la boîte de nuit tchèque. En effet, il est difficile d’imaginer que KUKA ait doté son robot de moyens de lisser les BPM pour les transitions entre deux chansons, ou d’évaluer l’ambiance sur la piste de danse et ainsi adapter la tracklist aux goûts des clients. Étant principalement fréquentée par des touristes Karlovy Lazne devrait susciter un intérêt important pour les voyageurs en quête de spectacle.

Source