La période des soldes n’a pas encore commencé que de belles affaires pointent déjà le bout de leur nez. C’est le cas du géant SoftBank qui a confirmé sa prise de participation dans l’application Uber à hauteur de 20% à un tarif réduit.

Après de longs mois de discussions, il ne s’agit là que de la dernière étape. Depuis longtemps SoftBank est intéressé par Uber, mais ses déboires de l’année 2017 n’ont fait que ralentir le processus. La mise à l’écart de l’ancien CEO Travis Kalanick a motivé la société japonaise à mettre en pause ses intentions en attendant qu’un nouveau soit enfin désigné. Fraîchement arrivé, Dara Khosrowshahi doit faire face à un certain nombre de casseroles entre fuite de données camouflée et espionnage industriel. Il a aussi placé un objectif d'entrée en bourse dans les 3 année qui viennent.

Quelques éléments sont encore certainement dissimulés au grand public, ce qui a probablement motivé SoftBank à demander une réduction du prix des actions chez Uber. À la fin du mois de novembre, la condition d’achat des participations imposait une décote de 30%. Cette baisse du prix des actions a eu pour effet de faire passer la valeur d’Uber de 70 milliards de dollars à 48 milliards. Désormais, SoftBank détient 20% de la société ce qui lui donne un pouvoir stratégique.

En effet, l’ancien CEO Travis Kalanick, bien qu’il n’occupe plus de poste de direction, siège toujours au conseil d’administration de l’entreprise qu’il a fondé. De plus, il peut compter sur de nombreux soutiens qui, tous réunis, contrôlent 16% des votes de décision.

Dans les mois qui viennent, il va se jouer chez Uber un jeu à la Game of Thrones afin de réunir de part et d’autre le plus de soutiens possible. SoftBank a désormais une belle longueur d’avance puisqu’en plus de détenir 20% de la société, le japonais pourra faire siéger des membres au conseil d’administration.

Source