Le service de messagerie a été rappelé à l’ordre par la CNIL pour avoir transféré des données à Facebook sans le consentement de ses utilisateurs.

Suite à son rachat par Facebook en 2014, l’app de messagerie WhatsApp a suivi une évolution directement contrôlée par sa maison mère. Là où le service voulait exister pour les utilisateurs et ne pas vendre de publicité, ce n’est plus le cas à ce jour. WhatsApp a modifié son discours d’origine pour finalement tester une version business qui, pour sa part, proposerait de la publicité. Outre ce retournement publicitaire, le service est surtout accusé par la CNIL de transférer des données à Facebook sans en avoir le droit.

Le 18 décembre, la Commission nationale de l’informatique et des libertés a partagé sur son site web la mise en demeure publique à l’encontre de WhatsApp. Le principal problème est dû à ce que la CNIL nomme l’ « absence de base légale ». Plus concrètement, cela signifie que l’application transmet des données telles que les numéros de téléphone et les habitudes d’utilisation sans le consentement des utilisateurs. Ainsi, ces derniers n’ont aucun moyen de s’opposer à la transmission de leurs données personnelles hormis supprimer leur compte. Si le service a modifié ses conditions d’utilisation lors de son rachat, il n’en reste pas moins que selon la CNIL, WhatsApp « ne dispose pas d’une base légale pour les traitements mis en oeuvre ».

Pour répondre à ce manquement, l’application a un mois pour se mettre au pas, sans quoi elle risque une sanction imposée par la Commission. Pour se faire, elle devra demander le consentement des 10 millions d’utilisateurs français, et ce avant d’envoyer leurs données à Facebook. The Verge rappelle à raison qu’en mai, Facebook s’était vu infliger une amende de 122 millions de dollars par l’Union Européenne. Selon celle-ci, le réseau social aurait transmis des « informations trompeuses » concernant son rachat de WhatsApp. L’on peut supposer que la CNIL n’hésitera pas, en cas de besoin, à sanctionner le réseau social racheté pour 16 milliards de dollars.

Source : The Verge