Un étudiant de l’université de l’Iowa du nom de Trevor Graves aurait modifié ses notes à la hausse plus de 90 fois grâce à un petit outil bien utile : un keylogger. Un acte de tricherie qui lui a couté une rencontre avec le FBI.

Un keylogger, ou enregistreur de frappe, est un logiciel espion qui permet d’enregistrer tout les événements ayant lieu sur un clavier, dont les identifiants de connexion à des comptes privés. Selon le New-York Times, c’est en ajoutant un outil comme celui-ci dans les salles de classe et les laboratoires que l’étudiant accusé a pu avoir accès au système de notification et aux boites mails de ses professeurs. Le keylogger lui a permis de changer ses notes sur les tests, les quizz et les devoirs, mais aussi d’intercepter les questions des examens à l’avance, et ce durant 21 mois (de mars 2015 à décembre 2016). Il s’est fait attraper quand un professeur a remarqué que les notes de l’étudiant avaient été changées sans son aval et qu’il a ensuite avertit les responsables de la sécurité informatique du campus.

Trevor Graves FBI

©hwhotv.com

En plus d’avoir modifié ses notes personnelles, l’étudiant de 22 ans ne s’est pas gêné pour partager les capacités du keylogger à ses camarades, puisque le FBI a rapporté qu’il avait modifié les notes d’au moins 5 de ses camarades plusieurs fois. Lors de la perquisition de l’appartement de l’étudiant, le FBI a trouvé des keyloggers, des clefs USB et des mobiles, dont l’un d’eux contenait une photo de Graves connecté au compte mail d’un professeur.

L’université de l’Iowa déclaré que le stratagème de tricherie mis en place par Trevor Graves coutait 68 000 dollars à l’école, pour enquêter sur la violation du système et renforcer la sécurité informatique. Cette dernière a ensuite prévenu que les étudiants impliqués pourraient être suspendus ou expulsés.

En pleine problématique mondiale de cybersécurité, il ne vaut mieux pas se faire attraper si vous souhaiter augmenter vos résultats scolaires.

Source : Naked Security by Sophos