La question de savoir si le développement d’une application est nécessaire ou non fait débat. Le coût de création n’est pas anodin, sa rentabilité pose certaines interrogations. Pourtant, si l’on observe les revenus générés par les deux principales plateformes d’applications, le marché se porte bien. Apple aurait reversé 70 milliards de dollars aux développeurs, ce qui représente les 70% des revenus totaux après les 30% de commission…

Seulement 1/3 des applications mobiles téléchargées sont réellement utilisées.

Données à emporter :
– 90 applications mobiles sont installées en France par utilisateur (moyenne),
– Seule 1/3 de ces applications sont utilisées,
– En 3 mois, le taux d’attrition atteint les 80%.

Avec ces données, vous l’aurez compris, il n’est pas simple de fidéliser un utilisateur même si les constructeurs de téléphone augmentent de plus en plus les capacités de stockage (tout comme les prix). L’infographie de l’agence qui a recueilli ces données, StarDust, préconise plusieurs moyens pour engager : les notifications push, les messages in-app et l’amélioration technique (vitesse de chargement, l’expérience utilisateur…).

Depuis un certain temps, les applications sont mentionnées comme être vouées à évoluer en une forme hybride du site responsive et de l’application : les Progressive Web Apps (PWA). Un nouveau format qui permet de tirer des avantages des deux précédents au profit de l’utilisateur.

étude sur l'engagement des applications mobiles