Le réseau social Weibo a annoncé qu’il allait lever 700 millions de dollars afin de pouvoir financer des acquisitions et d’asseoir sa domination sur son rival américain, Twitter.

Avec ses 361 millions d’utilisateurs mensuels et 159 millions d’utilisateurs quotidiens, la plateforme de microblogging chinoise domine les réseaux sociaux concurrents dans le pays. Même face à son principal concurrent, Twitter, elle se défend largement puisque Twitter ne compte que 328 millions d’utilisateurs actifs par mois. Grâce à sa place de choix au côté de WeChat, le réseau social est très largement utilisé par les marques, qui y voient là l’opportunité de développer leur image et leur notoriété auprès de l’audience.

Pour en revenir au fait que Weibo lève 700 millions de dollars, la société a annoncé qu’elle utiliserait l’argent pour financer « les besoins en fonds de roulement et les acquisitions potentielles d’entreprises complémentaires ». En multipliant les acquisitions comme elle souhaite le faire, la plateforme sociale pourrait asseoir sa supériorité sur Twitter et dans le pays. Déjà en janvier, la capitalisation boursière de Weibo avait dépassé celle de son homologue américain, atteignant aujourd’hui 21 millions de dollars contre 12,7 millions pour Twitter.

Weibo

© Weibo / The Next Web

Weibo a aussi l’appui de deux forts acteurs de la scène chinoise : Sina, le portail Internet qui l’héberge, ainsi que Alibaba, l’un des leaders du e-commerce chinois. Réunis, les deux entreprises possèdent à elles deux plus de 70% de Weibo.

Selon TechCrunch, la société se tournerait vers la vidéo et le divertissement, deux points qui ont fait et font toujours le succès du réseau social. Grâce au développement de ces deux secteurs, Weibo a su conquérir une audience jeune qui a été très attirée par le divertissement, et qui utilise la plateforme à ce titre.

En tout cas, le réseau social se situe à un stade où il devra faire des choix stratégiques s’il veut perdurer à long terme tout en conservant sa position de leader en Chine.

Source : TechCrunch