C’est une information qu’il m’a fallu relire une seconde fois, tant la Chine a pu être permissive depuis des années sur l’installation d’usines sur son territoire. Le pays fait en tout cas volte-face avec une mesure de répression sans précédent dans son histoire industrielle. La Chine a mis à l'arrêt des dizaines de milliers d’usines afin de lutter contre la pollution.

« C’est un événement énorme. C’est un événement très sérieux. Je pense que beaucoup d’entre nous pensent que cela va venir la norme. Les consommateurs en Chine ne veulent plus de rivières bleues ou rouges. Ils ne veulent plus voir de ciels gris chaque jour, » a déclaré Michael Crotty, président de MKT & Associés.

Ce serait approximativement 40% des sites de production chinois qui auraient été fermés. Ceci dans le but de réaliser des inspections minutieuses. Les conséquences sont déjà sévères puisque 80 000 usines ont fait l’objet de sanctions financières, avec pour certaines des qualification d’infractions criminelles pour leurs émissions.

« Pour les zones qui ont subi des dommages écologiques, leurs dirigeants et cadres en seront tenus pour responsables, à vie. Les gens pourront voir les étoiles la nuit et entendre les oiseaux chanter à nouveau », a déclaré Yang Weimin, directeur adjoint du Groupe central du Parti Communiste des affaires économiques et financières.

De province en province, les agents du gouvernement ferment des usines, coupent l’électricité ou l’accès au gaz. Les dommages collatéraux devraient déjà se faire sentir sur le prix de nombreux produits importés et vendus en Europe ou aux États-Unis.

Quoi qu’il en soit, cette opération de grande envergure à l’image du pays devrait permettre à la Chine d’offrir à ses citoyens un air plus pur, et de l’eau de meilleure qualité, sans parler des effets sur l’écologie ou la qualité de vie dans certaines villes.

Source