Cela fait quelques temps que Google se faisait bien discret sur son Project Wing. Initiative du laboratoire X d’Alphabet, le projet a pour objectif de mettre en place un système de livraison par drone. Et bien que Google ait annoncé avoir testé un nouveau système de gestion au mois de juin, le projet est encore largement en phase de test. Pour ce qui est du concurrent direct, il est représenté par Amazon Prime Air, qui, pour sa part, teste ses drones depuis quelques mois au Royaume-Uni. Dans la course à la livraison par les airs, Google Wing a annoncé être en train de faire des tests grandeur réelle dans le sud-est de l’Australie. Bien sûr, les pays choisis pour les tests par les deux firmes ne sont pas dus au hasard : tout deux ont une réglementation plus laxiste que celle en vigueur aux États-Unis. Résultat, Google s’est mis à livrer des burritos et des produits pharmaceutiques.

Pour en arriver à ce résultat relativement surprenant, il faut savoir que Google s’est associé à deux entreprises : une chaine alimentaire mexicaine du nom de Guzman y Gomez et une chaine de pharmacie, Chemist Warehouse. C’est la première fois que la firme livrera des particuliers avec son système de drones. Un billet publié sur Medium par le co-responsable du projet, James Ryan Burgess, fait état des récents progrès du système de livraison. Il explique aussi que la mise en place d’un tel système implique de travailler avec des testeurs, c’est-à-dire des particuliers, qui ont été sectionnés au préalable et qui seront livrés dans leur jardin ou leur cour.

Google note aussi que malgré le fait que son logiciel de planification de vol soit chargé d’anticiper l’itinéraire, des capteurs embarqués présents sur le drone sont chargés d’éviter les obstacles durant le vol, mais aussi sur le lieu de livraison (du fameux burrito). À ce sujet, Burgess développe : « Les capteurs de nos appareils sont responsables de l’identification des obstacles qui pourraient apparaître lors d’un vol ou d’une livraison, comme une voiture garée à un endroit inattendu, ou des meubles d’extérieur qui ont été déplacés (…) Plus nous livrons de tests, exposant les capteurs de nos drones à de nouveaux points de livraison, plus leurs algorithmes deviendront meilleurs. » L’Australie semble être une terre fertile pour Google, qui va pouvoir analyser des données directement issues de tests sur le terrain.

Là où Amazon Prime Air affiche clairement l’objectif de créer un système de livraison robuste et solide afin de devenir capable de livrer des produits d’épicerie ou de pharmacie, l’ultime but de Google Wing semble mois clair. Selon The Verge, il se pourrait que la firme souhaite créer la colonne vertébrale des logiciels de système de contrôle de circulation aérienne pour les drones. À suivre.

Source : TechCrunch