Dear Internet… Le message de Medium auquel je souhaite croire
Edito

Dear Internet… Le message de Medium auquel je souhaite croire

C’est rare que je me retrouve dans le storytelling d’une marque. Je suis conscient pour m’intéresser et rédiger à ce sujet que nous sommes tous influençable, ceux qui prétendent l’inverse n’ont pas cerné les tenants et aboutissants de cette notion justement. Pourtant j’ai envie de croire au message de Medium, la plateforme de blog fondée par Ev William, connu pour être également le cofondateur de Twitter. Ce message, c’est ce message qui remet en cause notre société centrée sur « l’attention ».

Dear Internet… Words matter. (Cher Internet… Les mots comptent.)

La « génération notifications », c’est comme cela que l’on pourrait comparer notre époque. Applications mobile, vidéo sur les réseaux sociaux, emails, affichages publicitaires, SMS, pushs. Derrière leur vidéo, excellent storytelling revenant aux sources du Web et ses protagonistes : les rêveurs (de liberté), les entrepreneurs, les décideurs… Bref ceux qui ont misé sur cette technologie pour faciliter les échanges, créer plus de relations, ouvrir la parole aux citoyens. Ce qui est vrai, mais dévalorisé par les régies publicitaires : Facebook, Instagram, YouTube, Snapchat en tête. Ainsi le rôle de Medium se définit comme la plateforme qui met en avant les priorités, c’est-à-dire les idées qui germent sur le Web et font avancer la société, pas les publications « tag un pote… ».

Alors qu’est-ce qui me rend optimiste à ce message venant d’une plateforme freemium ? C’est justement ce modèle économique basé sur l’abonnement des utilisateurs et une rémunération des rédacteurs en fonction de la popularité de leurs sujets. Une absence totale de display que l’on soit dans la version gratuite ou payante. Un design épuré revenant à la priorité : le message. Le contenu et non le contenant.

J’espère que mon optimisme envers la plateforme et la position de Medium se justifiera dans le temps. Car c’est également ce message que l’on souhaite transmettre depuis 2013 sur Siècle Digital.

Send this to a friend