Décidément, les relations entre Facebook et la Russie ne vont pas en se simplifiant. Alors que cette dernière menace de bloquer Facebook en 2018 pour cause de non-respect de la loi, le réseau social a révélé que 100 000$ de Facebook Ads ont été dépensé pour influencer les élections US. Par le biais de sa régie publicitaire, une entreprise a sponsorisé 3000 posts dont les sujets étaient liés à l’immigrations, les droits LGTBQ, ou encore le droit des armes. Des sujets chauds. Une affaire qui n’est pas terminée puisque Facebook a admis que 10 millions d’utilisateurs de son réseau ont vu les publicités en question.

Sur son blog officiel, Facebook révèle ainsi le chiffre d’américains ayant eu accès aux posts sponsorisés, mais aussi que 44% des publicités ont été vues avant les élections, et 56% après. Des données partagées en ligne par Elliot Schrage, vice-président des politiques et des communications, mais aussi partagées avec le Congrès. Ce dernier est chargé d’enquêter sur la mesure de l’influence de ces fameuses publicités et des réseaux sociaux durant la présidentielles.

Les 3000 annonces sont issues d’un groupe lié au Kremlin connu sous le pseudonyme de Research Agency. Au sujet du contenu, Elliot Schrage précise « La plupart des publicités semblent se concentrer sur des messages sociaux et politiques conflictuels à travers le spectre idéologique, en touchant les sujets des questions LGBT aux questions de race à l’immigration et aux droits des armes à feu [•••] Un certain nombre d’entre eux semblent encourager les gens à suivre des Pages sur ces questions ».

Pris d’une part par la lutte contre le terrorisme et la course aux fake news, voilà un autre sujet sur lequel Facebook va devoir en faire plus. À ce jour, plus de 2 milliards de personnes possèdent un compte Facebook : un tel nombre implique une grande responsabilité de la part de la plateforme.

Source : The Verge