Alors qu’Elon Musk a tendance à être plutôt bavard sur des projets tels que SpaceX ou l’Hyperloop, il en est sur lequel on l’entend moins parler : Neuralink. La société qui a récemment levé 27 millions de dollars est chargée de connecter l’homme à la machine, soit un lien neuronal entre l’homme et l’ordinateur. Selon Elon Musk, cette technologie pourrait servir à aider des patients atteints de maladies comme l’épilepsie ou la dépression. Les premiers objectifs seraient prévus pour 2021, et les suivants pour 2026. Pendant qu’Elon Musk cultive la discrétion sur son projet sans que nous ne sachions vraiment où en sont les avancées, une autre équipe de chercheurs semblent avoir fait un grand pas dans le domaine. L’équipe affirme en effet avoir réussi à connecter un cerveau humain à un ordinateur pour la première fois grâce au projet Brainternet.

Issue de l’université Wits à Johannesburg (Afrique du Sud), l’équipe de chercheurs est en train de réaliser une avancée majeure dans le domaine de l’ingénie biomédicale. Pour connecter le cerveau à la machine, les chercheurs ont utilisé l’électroencéphalographie (EEG) grâce à un appareil du nom de Emotiv EEG. Semblable à un casque futuriste, l’appareil permet de récolter l’activité électrique du cerveau et d’en envoyer les données à un Raspberry Pi, qui les diffuse à une interface de programmation d’application. Par la suite, cette dernière renvoie les informations connectées sur brainternet.me, site web sur lequel les chercheurs peuvent voir les activités du cerveau en temps réel.

cerveau machine Brainternet

Dans un communiqué du Médical Express, le chargé de cours à la Wits School of Electrical and Information Engineering et le superviseur du projet, Adam Pantanowitz s’exprime sur le projet. Il déclare : « Brainternet est une nouvelle frontière dans les systèmes d’interface cerveau-ordinateur. Il manque de données facilement compréhensibles sur la façon dont un cerveau humain fonctionne et traite l’information. Brainternet cherche à simplifier la compréhension d’une personne de leur propre cerveau et du cerveau des autres. Il le fait grâce à une surveillance continue de l’activité cérébrale ainsi qu’à une certaine interactivité ».

Pour l’instant, le site web est seulement disponible en interne, au sein de l’université Wits, mais ce n’est que le début de Brainternet. Le nouvel objectif des chercheurs est de rendre l’expérience entre l’utilisateur et son cerveau plus interactif. Pantanowitz déclare à ce sujet : « À l’avenir, il pourrait y avoir des informations transférées dans les deux sens – entrées et sorties vers le cerveau ». Nous sommes déjà dans le futur.

Source : Business Insider

A propos de l'auteur

Content Manager à Siècle Digital. J’aime écrire et surfer.

Send this to a friend