Google Drive devient une alternative aux sites de torrents
DigitalAvec

Google Drive devient une alternative aux sites de torrents

Les dernières années des créateurs et producteurs de contenu vidéo tels que les séries et les films ont été difficiles : beaucoup ont dû faire face à de nombreux piratages, tant concernant leurs réseaux sociaux que leurs films eux-mêmes. Cependant, les entreprises auront tout de même réussi à faire fermer KickassTorrent d’abord, suivi du fameux T411 cet été. Et évidemment, les internautes ont du trouver des alternatives afin de satisfaire leurs envies de divertissement. Ils ont fini par trouver, et la nouvelle alternative aux sites web de torrents semble somme toute logique : Google Drive.

Une enquête de Gadgets 360 a mis en lumière environ 4500 demandes de suppressions de fichiers Google Drive après que les studios ou détenteurs de copyrights aient repéré que les fichiers contenaient du torrent. Qui plus est, les 4500 demandes ont seulement commencé au mois d’août 2017, et Gadgets 360 précise que chaque fichier peut contenir environ une dizaine de liens. Ainsi, la majorité des liens renvoient à Youtube, plateforme sur laquelle sont hébergés les films et les séries TV. En utilisant la fonctionnalité « non répertoriée » de Youtube, la vidéo n’est pas indexée dans les pages de résultats des moteurs de recherche, et est seulement disponible en privé. Les internautes n’ont donc plus qu’à s’envoyer l’URL de la vidéo en question ou à la partager à la communauté sur Reddit, par exemple.

D’autre part, la communauté s’est aussi appropriée les services de My Maps, un outil de Google qui permet de personnaliser sa map en épinglant des lieux, mais aussi en écrivant une petite description de chaque lieu. C’est ces champs de texte que les internautes utilisent afin d’y déposer leurs liens torrents avant de partager leurs cartes largement.

Le fait que deux outils de Google soient détournés de la sorte va certainement donner du fil à retordre à l’entreprise. Et quand bien même Google réglerait rapidement le problème, encore une autre alternative serait certainement vite trouvée.

Source : The Next Web

Send this to a friend