Il est de notoriété publique que les modes de transports tels que nous les connaissons actuellement subissent une mutation qui pourrait, à moyen ou à long terme, laisser éclore de nouvelles technologies, plus rapides ou plus écologiques par exemple. Pour les particuliers, Elon Musk s’est lancé dans le projet Hyperloop, un train propulsé sur un coussin d’air qui devrait atteindre les 1200km/h. Pour le moment, l’engin est capable de passer la cap de 300 km/h, ce qui semble peu par rapport à l’objectif, mais le projet suit son cours. Pour ce qui est du secteur professionnel, la start-up Einride s’est penchée sur la question en imaginant un camion autonome et électrique ayant pour objectif de limiter les émissions de CO2. Siemens vise la même finalité depuis 2012, date à laquelle l’entreprise a présenté ses camions électriques eHighway.

Les eHighway de Siemens sont des camions hybrides, équipés d’un moteur classique et d’un moteur électriques avec batterie, ce qui permet d’alterner entre les deux. Les camions utilisent l’électricité en se connectant à des câbles aériens via un pantographe, pour la majeure partie du trajet, et utilisent le moteur classique au début du voyage ou sur les petites routes. Après un essai réussi à Stockholm sur une route de 2km, c’est l’Allemagne qui va accueillir l’eHighway sur une route longue de 10km, située près de Francfort.

Selon l’entreprise, « La construction de cette infrastructure permettra de démontrer la faisabilité de l’intégration de systèmes de contact avec les autoroutes publiques. Le système sera utilisé sur le véritable réseau de transport et aura pour but de démontrer l’utilisation pratique d’un transport de marchandises neutre en termes d’émissions dans la périphérie de Francfort ». Et effectivement, encore selon Siemens, ses camions électriques sont capables de diviser la consommation de carburant par deux, mais vont aussi permettre la réduction de la pollution atmosphérique locale. Un point non-négligeable pour le Ministère de l’Écologie allemand, en charge du projet ELISA (Electrified, innovative heavy freight transport on autobahns), dont fait partie l’eHighway. Le Ministère a annoncé vouloir réduire ses émissions de CO2 d’ici 2030, et bien que l’eHighway ne soit pas le remède à tous les maux, l’Allemagne semble être en bon chemin pour tenir (une partie de) ses promesses.

Source : Digital Trends