Une lettre ouverte a été adressée à l’ONU pour mettre en garde les dirigeants contre l’utilisation des « armes autonomes mortelles » appelées plus communément « robots tueurs ». Cette lettre a été signée par 116 entrepreneurs et dirigeants des principales sociétés travaillant dans les secteurs de l’intelligence artificielle (IA) et de la robotique de part le monde.

La lettre ouverte ouverte a été envoyée à l’ouverture d’une des plus grandes conférences sur l’IA tenue depuis 1969. Celle-ci regroupe pendant la périodes les entrepreneurs et chercheurs travaillant sur ce sujet. Ce dernier peut-être aujourd’hui qualifié de « buzzword » du fait de son utilisation massive et parfois à tort. D’ailleurs si la lettre ouverte fait tant parler d’elle ce n’est pas un hasard aujourd’hui. C’est déjà la deuxième fois qu’une telle lettre est adressée. Mais cette fois-ci le nom d’Elon Musk apparaît. Du coup ça parle : SpaceX, Tesla Motors, projet Hyperloop, Paypal…

Les armes autonomes mortelles menacent de devenir la troisième révolution dans la guerre. Une fois développées, elles permettront de lutter contre les conflits armés à une échelle plus grande que jamais, et à des échelles de temps plus rapides que les humains peuvent comprendre.

Cet extrait, traduit de la lettre ouverte, refroidit quelques peu les avancés en matière d’intelligence artificielle qui s’avèrent prometteuses en matière de santé par exemple. Mais une fois couplée à l’armement, cela pose des questions d’éthiques. Justement c’est l’éthique qui est mis en jeu. Pour beaucoup de personnes, la vie humaine ne devrait pas être mise dans les mains d’une intelligence autonome autre que l’Homme.

Les signataires de la lettre ouverte souhaiteraient qu’une commission d’expert soit créée pour relancer ce débat qui devait déjà avoir lieu en 2016. En effet, la première commission avait été annulée en raison d’un budget trop faible pour sa mise en place (selon les auteurs de la lettre).
À l’heure actuelle, certains « robots tueurs » sont déjà utilisées par certaines armées comme le MAARS (Modular Advanced Armed Robotic System) élaborée par l’entreprise américaine QinetiQ ainsi que d’autres :

Parmi les entrepreneurs et dirigeants signataires, nous retrouvons, comme dit plus haut, Elon Musk connu pour ses prises de parole sur l’intelligence artificielle. Côté français, ce n’est pas moins de 7 personnes dont Jérôme Monceaux fondateur de Spoon et Aldebaran Robotics qui ont signés cette lettre d’avertissement.

Source.