Que ce soit avec son chatbot Zo qui tient des propos violents, ou l’annonce de la suppression de 3000 postes, nous sommes dans une période où Microsoft fait pas mal parler de lui. L’an dernier, l’entreprise avait mis en place MyAnalytics, un outil qui permettait aux employés d’observer des statistiques concernant leur productivité. Dans un billet posté sur son blog, Microsoft introduit Workplace Analytics, un évolution qui présente quelques petites modifications.

Workplace Analytics, anciennement MyAnalytics, est un outil qui permet d’avoir accès à des statistiques comme le rythme et le temps passé en réunion, les heures travaillées par le salarié (aussi hors heures de travail), etc. L’add-on en question est disponible sur la version business de Office 365 et se base sur l’exploitation des données inter-employés issues de Outlook et du Calendrier. Il est prévu que le champ d’action de Workplace Analytics soit étendu à d’autres applications, comme Skype, Word et autres. Seulement, le plus gros changement de Workplace Analytics par rapport à son précurseur MyAnalytics, c’est que les données ne sont plus seulement accessibles au salarié concerné, mais aussi à ses supérieurs. Microsoft précise tout de même que « Workplace Analytics n’utilise que des métadonnées agrégées et désidentifiées » : résultats, les données sont anonymes, pas moyen de relier une donnée à un employé. L’add-on, lancé la semaine dernière, est destiné au RH afin que celles-ci soient capables d’analyser ces données et de mettre en place les modifications managériales nécessaires. Microsoft précise que Workplace Analytics permettra de fournir « un ensemble de paramètres comportementaux qui peuvent être utilisés pour comprendre ce qui se passe dans une organisation ».

Workplace-Analytics

Alors que la tendance est au droit à la déconnexion, un outil de ce genre ne risque-il pas de laisser place à certaines dérives managériales ayant pour but d’augmenter (à l’excès) la productivité des salariés ?

Source : Blog Microsoft