WordPress reste à ce jour le CMS le plus utilisé à travers le monde, rassemblant à ses côtés une très importante communauté open-source. Elle se charge entre autre de son évolution et de sa sécurité, mettant régulièrement bon nombre de plugins à jour, à l’exemple de celui de Twitter en février. Avec ses 18 millions d’utilisateurs, dont Harvard Business Review, Facebook ou encore Samsung, WordPress a annoncé fermer ses bureaux à San Francisco. Et comme précisé dans le titre, ce n’est pas une mauvaise nouvelle !

Construit en respectant les codes esthétiques d’un loft, l’espace de travail comptait environ 1400 mètres carrés et incluait tables de ping-pong et gros canapés en cuir. Seulement, bémol : « cinq personnes viennent au bureau quotidiennement, » déclarait Matt Mullenweg, le PDG d’Automattic, société mère de WordPress.

Depuis 2005, WordPress propose le choix du remote (télétravail) à ses employés, et il semblerait que ces derniers aient accepté la proposition au fil des années. Le remote apparait aussi comme une marque de fabrique de l’entreprise, qui n’accorde pas d’importance à la manière dont un employé gère son temps de travail, tant que ce dernier apporte de la valeur à l’entreprise. WordPress ne se soucie d’ailleurs pas non plus du pays dans lequel vivent les employés, car l’entreprise embauche 550 employés, dans environ 50 pays différents. Le remote est aussi une véritable plus value sur le confort de travail d’un salarié. La société propose 2 000 dollars aux employés afin qu’ils puissent aménager un bureau à domicile, ou 250 dollars par mois à dépenser dans un espace de coworking.

Bureaux WordPress à S.F

En France, Renault a mis en place le télétravail depuis 2007 et selon une interview de Pôle Emploi, le groupe comptait plus de 2 000 télétravailleurs en 2016. Le choix fait par WordPress de fermer ses bureaux pourrait marquer très clairement l’arrivée et la normalisation d’une nouvelle manière de travailler dans le monde. Plutôt que de prendre la voiture ou les transports en commun pour aller au bureau, notre approche du travail semble être en pleine mutation et laisse découler de nouvelles pratiques quotidiennes. Partout fleurissent les espaces de coworking où l’on redéfinit les codes de l’open-space pour mieux se les approprier et partager un verre autour d’une table de ping-pong. Les bureaux se vident et se ferment pour laisser place à une nouvelle conception du travail.

Source : Usine Digitale