On l’oublie parfois, mais Google n’est pas l’unique moteur de recherche présent sur le marché. Même si Google dernier possède quasiment 78% du marché des moteurs de recherche au niveau mondial, il ne faut pas non plus oublier Bing. Le moteur de recherche développé par Microsoft. 7,81%, c’est sa part de marché. Elle-même fortement talonnée par Baidu, le moteur de recherche chinois.

Du coup dans ce contexte de « quasi-monopole » notamment dans les pays occidentaux, il n’est pas simple pour un acteur comme Bing de gagner des parts de marché face à Google. Une des stratégie de développement imaginée par Bing est de « gratifier » les utilisateurs via un « programme de fidélité ». Et oui, les mêmes que l’on retrouve dans la grande distribution ! Appelé sobrement « Microsoft Rewards », ce programme de fidélité offre des points aux utilisateurs de Bing en échange de l’utilisation récurrente du moteur de recherche. Ces points sont ensuite échangeable contre des produits présents dans le Microsoft Store. Des crédits Skype, des claviers, des cartes cadeaux pour le Xbox Live ou encore la possibilité de participer à des loteries permettant de gagner une Xbox One. Voici quelques éléments qui sont échangeables avec le système de crédit.

Comment marche le programme ? Un fonctionnement par niveau, vous débutez au Niveau 1 où vous gagnez 3 points par recherche. En obtenant 500 points sur un moi, vous passez au niveau 2 (soit tout de même plus de 166 requêtes). Pour éviter les abus, un Niveau 1 est limité 30 points par jour.

Le programme est pour le moment accessible, en Europe, qu’aux utilisateurs du Royaume-Uni. Ce dernier était déjà accessible aux États-Unis depuis plusieurs années. Il faudra attendre seulement quelques jours si l’on en croit l’article de Numerama sur ce même sujet.

C’est assez étonnant de la part de Microsoft d’utiliser une aussi vieille technique marketing sur un produit comme un moteur de recherche Si cela risque d’attirer pas mal les « collections de bons de réduction et d’offres spéciales », j’ai bien peur que ça dévalorise la qualité du trafic. Pour autant, en tant qu’annonceur, la solution Bing Ads reste toujours efficace et moins onéreuse que Google.

Source.

A propos de l'auteur

Co-fondateur et éditeur de Siècle Digital – Plusieurs expériences dans le digital planning, le trafic management et le social media. J’étudie et je me documente beaucoup sur les notions d’influence et de psychologie sociale et cognitive.

Send this to a friend