Pourquoi le siècle sera bien (évidemment) digital
Tribunes

Pourquoi le siècle sera bien (évidemment) digital

Le digital est en train de changer la donne. On le voit tous les jours. Rien qu’en matière d’économie et de création d’entreprises, il ne se passe pas une année sans qu’une nouvelle pépite du numérique ne vienne chambouler habitudes et anciennes certitudes. Les experts en webmarketing sont d’ailleurs unanimes : c’est le moment où jamais pour se lancer dans l’entrepreneuriat.

Le digital, accélérateur de l’histoire

Grâce aux ordinateurs, tablettes, smartphones et au wi-fi, des millions de sociétés peuvent désormais trouver des milliards d’acheteurs et consommateurs. Sans même se voir. Grâce au digital. Quelle (r)évolution ! Tous les éléments sont réunis pour que tout un chacun puisse aujourd’hui créer sa société. Le digital peut être l’antidote tant espéré à la crise économique. En quelques clics, 6 millions de demandeurs d’emploi peuvent aujourd’hui, en France, devenir créateurs d’entreprise. En créant un site internet. Révolutionnaire. Mais ce n’est pas aussi simple.

Aujourd’hui, il n’a certes jamais été aussi facile de créer un site internet. Mais il n’a jamais été aussi difficile de le monétiser. Il existe plus de 1,4 milliard de noms de domaine. Si vous créez un nième nom de domaine, celui-ci se trouvera en concurrence avec une myriade d’autres noms de domaine. Même si nombre d’entre eux sont des noms de domaine dormants.
Un autre exemple. Il existerait entre 12 et 24 millions de sites marchands, parmi les quels seulement 650 000 réussiraient à réaliser plus de … 1 000€ de chiffre d’affaires. 1 000€ … par an.

Finalement, les outils numériques d’aujourd’hui permettent à tout le monde d’accéder à l’entreprenariat sans pour autant être le garant de la réussite de toute démarche entrepreneuriale.
De nos jours, grâce au digital, tout le monde peut créer sa société. Et gagner sa liberté.

Des outils numériques pléthoriques

Des solutions telles que les CMS, en commençant par WordPress, permettent de créer un site internet en quelques clics. Les plateformes d’hébergement web rendent l’infogérance de tout site internet beaucoup moins difficile que cela n’eut été à une période encore récente.

Aujourd’hui, tout le monde peut référencer un site internet. Des solutions libres de droit tel le plugin WordPress de la team Yoast permettent d’obtenir des résultats spectaculaires en termes de SEO. Grâce au plugin WooCommerce, un site WordPress se transforme en quelques clics en un site eCommerce. Pour le paiement, tout est rendu facile avec Paypal, Stripe ou HeroPay.

Si le développement web n’est ni votre cœur de métier ni votre tasse de thé, vous pouvez faire travailler des développeurs web et des informaticiens géniaux, partout dans le monde, grâce à des plateformes telles que LinkedIn, Fiverr, Upwork ou Hopwork. En quelques clics. Vous leur fournissez les codes d’accès au back office de votre site WordPress, ils font le travail de programmation demandé et vous les payez grâce à PayPal.

Avec Canva, vous pouvez commencer à élaborer des webdesigns de très grande qualité. Vous pouvez gérer la conception, le routage et le suivi de vos campagnes d’emailings grâce à des solutions telles que Mailchimp. Des sites permettent de suivre l’actualité du webmarketing, ce qui est indispensable de nos jours : neilpatel.com, quicksprout.com, jeffbullas.com ou jay-webmarketing.com.

La gestion des réseaux sociaux est rendue des plus aisées grâce à Hootsuite, Buffer ou Agorapulse. Vous pouvez gérer tous vos comptes à partir d’une seule plateforme. Vous pouvez suivre la performance de votre site internet grâce à des outils tels que les Google Analytics, Kissmetrics ou Crazyegg. Vous pouvez analyser votre site internet mais également celui de vos concurrents avec des outils tels que MOZ, SEMrush ou Ahrefs : backlinks, mots clés, trafic, etc.

Dareboost et GTmetrix vous permettent de vérifier la célérité de votre site internet et de le comparer avec les autres. Pour toutes les questions d’ordre administratives (création de société, statuts, comptabilité, organisation), il y a Guacamol, Fred de la compta, Legalstart ou Freshbooks.

Pour le travail en équipe, citons Zoom, Slack, Trello ou encore tous les outils Google. Le travail en coworking se démocratise. Il devient la norme. Grâce au wi-fi, on peut désormais travailler quasiment partout. Avec des solutions telles que WeWork à l’international, des endroits tels que les Starbucks ou NUMA à Paris, le coworking est en train de s’imposer. Et les entrepreneurs du digital se retrouvent.

Les sociétés avant-gardistes qui ont adopté le télétravail l’ont compris : les économies en frais de loyer sont immenses.

En marche vers un siècle digital ?

La liste des solutions précitées est impressionnante. C’est une liste qui peut donner le tournis à quiconque ne maitrise pas le webmarketing. Et à quiconque n’aurait pas (encore) compris l’évidence : à savoir que le siècle sera bien (évidemment) digital.

Mais elle pourra également en fourvoyer plus d’un. S’il suffisait de maitriser l’ensemble de ces outils pour développer un business avec succès, tout le monde se mettrait à son compte. Et tout le monde sait, dans le monde du digital, qu’il y aura une seule start-up qui réussira pour des dizaines, voire des centaines, qui devront échouer … avant de réussir, à force de persévérance.
Lorsqu’on analyse pourquoi les start-ups ayant réussi ont réussi, on s’aperçoit que les véritables facteurs clés de succès sont finalement très éloignés de la notion même de digital. De façon surprenante, ce n’est finalement pas tant la maitrise du digital qui fera la différence que des éléments très traditionnels tels que le timing, l’équipe, le financement, l’idée, le modèle économique et le marketing. Et la persévérance.

C’est notamment ce que démontre une étude réalisée par TED auprès d’un échantillon représentatif de plusieurs centaines de start-ups. Dans la liste des principaux facteurs clés de succès, la maitrise du digital … n’apparaît pas. Tout simplement. La question du product / market fit reste le facteur déterminant.

Si ce que vous concevez ne correspond à aucune réalité, votre démarche sera réduite à néant. Digital ou pas digital : car telle n’est pas vraiment la question.
Finalement, le digital facilite le processus très classique via lequel des vendeurs, des acheteurs et des consommateurs se retrouvent. Au final, le siècle sera bien digital mais surtout … très académique.

Cette tribune vous est proposée par :
Jérôme Perrin, fondateur de J4JAY. J’aide les professionnels à développer leur activité grâce au digital, aux technologies numériques et au webmarketing. Spécialisé en création de sites internet, SEO, social media et stratégies numériques. Vous pouvez me retrouver sur mon site internet jay-webmarketing.com.

Send this to a friend