C’est l’un des chevaux de bataille de Facebook depuis le début de l’année : améliorer l’information sur son réseau social. C’est d’ailleurs l’un des grands points avancé dans la feuille de route de Mark Zuckerberg écrite sur Facebook en février 2017 : Building Global Community > Informed Community.

La mission de Facebook étant de « connecter le monde », il faut pour cela que les informations communiquées dans les fils d’actualités des utilisateurs soient conforme à sa politique. Surtout, c’est que Facebook (mais également Google) a fortement été critiqué pendant les Présidentielles aux États-Unis. L’accusation, c’est d’avoir favorisé la mise en avant d’articles « clickbait » et « fake news » sur les deux candidats. Cette critique a surtout été avancée par le camp des Démocrates. Logique vous me direz suite à leur défaite.

Nous travaillons constamment à déterminer quelles publications utilisent le « clickbait » afin de les montrer le moins souvent. – Arun Babu, Ingénieur chez Facebook.

Concrètement pour diminuer les contenus ne répondant pas aux critères, Facebook travaille sur son algorithme pour comprendre et identifier les textes et titres « clickbait » sur les partages de lien. Si le titre exagère le contenu, retient trop l’information pour faire du « teasing » ou emploie trop de superlatifs, ces publications verront leur référencement diminuer sur le fil d’actualité.

Pour Facebook, c’est une mission à long terme, car elle consiste à regrouper et à analyser des milliers de titres et messages « clickbait » pour pouvoir reconnaître automatiquement les prochains et les déclasser. C’est le même fonctionnement que les Webmails et les filtres à spam.

Source : Facebook Newsroom.

A propos de l'auteur

Co-fondateur et éditeur de Siècle Digital - Plusieurs expériences dans le digital planning, le trafic management et le social media. J'étudie et je me documente beaucoup sur les notions d'influence et de psychologie sociale et cognitive.

Send this to a friend