Si vous avez grandi à l’époque des mIRC, Quakenet, et autres plateformes du début de l’internet sociable (et social), vous avez obligatoirement été ‘rickrollé’. C’est probablement une des premières farces que la toile ait connue. Du haut de ses 10 années, le Rickroll est l’expression qui confirme la règle des blagues les plus courtes étant les meilleures.

Le nom Rickroll vient de l’artiste Rick Astley, interprète de la chanson « Never Gonna Give You Up » sortie en 1987. À l’époque, la farce consistait à partager un lien censé renvoyer vers un sujet intéressant, mais le lien dissimulait un renvoi vers une page hébergeant le clip de la chanson. Si cela vous arrivait, vous aviez alors été rickrollé,ou rickrolled en anglais.

Sur YouTube, la version la plus âgée a été mise en ligne en mai 2007, avec une accroche qui résume bien la raison d’être du Rickroll sur Internet : « As long as trolls are still trolling, the Rick will never stop rolling. »

Le tout premier Rickroll de l’Histoire

En mars 2017 des millions d’internautes attendent avec impatience la sortie de la bande-annonce du prochain opus de la saga Grand Theft Auto. Au moment de sa diffusion, face à une surcharge de trafic sur son site, impossible d’y accéder. C’est alors que le forum 4chan, des plaisantins feignent d’avoir trouvé un autre moyen de voir la bande-annonce. Derrière le lien qu’ils partagent, les utilisateurs tomberont finalement le clip de Never Gonna Give You Up. Le premier Rickrocl était né.

En septembre 2015, Apple a caché un clin d’oeil au Rickroll dans une partie assez peu fréquentée de son site dédiée à l’assistance sur l’utilisation de l’écran de l’Apple Watch. Mieux encore, lors de la mise en ligne de son centre d’assistance pour iOS 7, on pouvait voir que la fameuse chanson de Rick Astley était jouée sur l’iPhone.

Google étant très friand de la célébration du 1er avril et depuis très longtemps, il a aussi utilisé le Rickroll. Sur YouTube le 1er avril 2008, toute les vidéos recommandées sur plateforme renvoyaient vers le clip de Rick Astley.

Source.