C’est une bonne nouvelle pour les utilisateurs du réseau social Facebook et une double peine pour les éditeurs de sites Web « tendancieux » pour ne pas dire « clickbait ». En effet, la plateforme sociale a annoncé, hier, dévaloriser le référencement de ces sites dans le fil d’actualités des utilisateurs, ainsi que le refus de faire de la publicité via la régie Facebook for Business.

Nous avons toujours eu l’expérience de voir apparaître une publication surprenante où l’on se demande ce qu’elle fait là, car ne correspondant aucunement à nos centres d’intérêts. Leur particularité réside essentiellement dans un titre aguicheur promettant un quelconque miracle financier ou physique. Ainsi que le visuel tout droit sorti d’une banque d’image…

Mais quelles sont les caractéristiques d’un site « tendancieux » pour Facebook ? Celles-ci peuvent être lues dans les Pratiques publicitaire, article 24, mais voici les règles pénalisantes :
• l’utilisation d’une image partiellement coupée qui incite au clic pour pourvoir en visualiser l’intégralité,
• un message publicitaire ou une promesse ne correspondant pas à la réalité lorsque l’on a cliqué,
• tout caractère ou suggestion « sexuelle » ou choquant,
• publicités malveillantes ou trompeuses,
• un ratio de publicité élevé sur la page d’atterrissage,
• l’utilisation de pop up publicitaire gênant l’expérience utilisateur sur la page d’atterrissage.

En lisant les règles, nous avons tous en tête des sites dont certains font parti des grands média francophones notamment en ce qui concerne le ratio de publicités sur la page d’atterrissage…

En plus de la sanction d’un dé-référencement sur le fil d’actualité, ces mêmes site pourront voir leur publicité refusée sur la plateforme.
Cette mise à jour devrait avoir un impact positif sur les sites respectant les règles de Facebook en matière de contenus et de publicités, tandis que les autres se verront pénaliser. Cela rappel fortement la politique de Google à l’égard de son moteur de recherche. La course aux Fake news continue

Source : Newsroom.