À la suite de l’annonce de ses revenus trimestriels durant laquelle Apple présenté un chiffre d’affaires de 53 milliards de dollars, la marque à la pomme a fait un déclaration qui devrait faire plaisir à Donald Trump.

Apple va créer un fond d’un milliard de dollars pour rapatrier des emplois industriels aux États-Unis. Ce n’est que l’investissement initial mis en place par la marque qui devrait lancer son projet dès ce mois-ci.

Interrogé par CNBC, Tim Cook a eu des mots très keynésiens sur l’enjeux d’une telle action. Il a déclaré que « en faisant cela, nous pouvons créer un effet de répercussions. Parce que si nous pouvons créer beaucoup d’emplois industriels à travers le pays, ces emplois vont créer plus d’emplois autour d’eux car vous avez des offres de services qui vont se construire autour de cela. »

Le fameux cercle vertueux de Keynes. Le patron d’Apple a aussi complété en affirmant qu’il y a 80 000 personnes travaillant pour la pomme aux États-Unis dont 25 000 dans la R&D. L’année dernière, le géant a dépense 50 milliards de dollars en investissant dans le capital des fournisseurs qui fabriquent localement comme 3M ou Corning.

Trump avait annoncé vouloir recréer de l’emploi aux États-Unis grâce à l’industrie. Apple a suivi ces idées et va très certainement gagner en image de marque autant dans son pays qu’à l’étranger. Sauf peut-être en Asie où Foxconn produit les iPhones de la marque. Un gros coup de boost pour l’économie américaine, mais difficile de croire encore à des MacBooks ou des smartphones moins chers.

Apple va-t-il inspirer l’industrie française ?

Source.