Longtemps décrié, mais très vite oublié par les utilisateurs, le Facebook Graph Search n’a pas fini de faire parler de lui grâce à un outil qui met de nouveau à jour son utilisation et ses données. Mais de quoi parle-t-on déjà quand nous évoquons le « Graph Search » ?

Il faut tout d’abord remonter à 2013, soit une époque révolue dans la sphère des réseaux sociaux. En septembre de cette année-là, Facebook lançait son propre moteur de recherche liant toutes les données transmises par ses utilisateurs en mode « public » (pour rappel, les interactions sur le réseau social était par défaut « public », donc accessible à n’importe quel utilisateur – ndlr).
Concrètement cela se traduisait par la possibilité de rechercher et de trouver des photographies, des pages aimées, des commentaires ou encore des participations à des évènements de tel ou tel utilisateur, que l’on soit ami ou non avec lui. Nous avions justement rédigé un article sur l’intérêt marketing du Graph Search un an après son lancement.
Depuis, la fonctionnalité de ce moteur de recherche a été retirée par Facebook, du moins publiquement. Car il est toujours possible d’utiliser le « moteur de stalkage » à travers un outil développé par un hacker du nom d’Inti De Ceukelaire. L’outil, quant à lui, a tout simplement été appelé Stalkscan.

Ce dernier porte bien son nom, car il suffit de coller l’url d’un profil Facebook pour avoir accès aux données encore public de cette personne : intérêts/participation pour des évènements, check in dans un tel lieu/restaurant, les amis en commun ou entre autres les photographies où la personne a été taguée…

Comme annoncé sur le site, l’outil Stalkscan n’a pas hacké les données de Facebook, mais a simplement facilité l’utilisation des fonctionnalités du Graph Search rendu non visible par la plateforme depuis plusieurs années maintenant.

Graph Search and its privacy issues aren’t new, but I felt like it never really reached the man on the street. With my actions and user-friendly tools I want to target the non-tech-savvy people because most of them don’t have a clue what they are sharing with the public. – De Ceukelaire (via Motherboard)

Les utilisations des données privés ne sont pas un sujet nouveau, ni un enjeu de demain, mais la priorité actuelle des entreprises comme Facebook.

L’outil : Stalkscan.

A propos de l'auteur

Co-fondateur et éditeur de Siècle Digital - Plusieurs expériences dans le digital planning, le trafic management et le social media. J'étudie et je me documente beaucoup sur les notions d'influence et de psychologie sociale et cognitive.

Send this to a friend