Depuis l’invention de la roue, Internet est certainement la création de l’Homme qui a le plus changé son environnement, sa manière de voir, d’interpréter le monde, sa manière de consommer et même d’aimer. Au siècle dernier la puissance d’une entreprise se comptait au nombre de biens et de possessions qu’elle avait, aujourd’hui c’est toujours le cas mais une autre donnée est venue changer la grille de lecture. Le Savoir est devenu aussi important que l’Avoir, collecter le plus d’informations sur le consommateur, anticiper ses comportements puis monnayer ces informations au plus offrant. Voilà la nouvelle ruée vers l’or, et les nouveaux instruments permettant une trouvaille ne sont plus un tamis, de la patience et de l’espoir, mais des algorithmes de la malice et du savoir.

Dans ce domaine, Facebook a poussé la porte du saloon en premier et règne désormais en shérif, le f bleuté et luisant sur la poitrine le californien de Menlo Park parade. Point de Smith et Wesson pour se protéger, mais des algorithmes opaques à tout étranger osant s’aventurer dans sa ville. Facebook dispose ainsi d’un ensemble de 2 milliard de membres, chaque fois qu’un d’entre eux aime un post, publie des photos, met à jour dans son profil, ses musiques, ses films préférés, son changement de relation ou sa préférence politique le shérif le sait. Quand un utilisateur navigue sur le web, Facebook recueille des informations sur les pages qu’il visite via le bouton de partage. Quand cet utilisateur utilise Instagram ou WhatsApp sur son smartphone il donne encore des informations car comme vous le savez ces applications appartiennent à Facebook.

En Shérif avertit, Facebook entretient de bonnes relations avec les notables de la ville et achète les données sur les prêts hypothécaires, les propriétaires de voitures, les habitudes d’achat et n’oublie pas de vendre les siennes en retour bien sur.

Yes, ma’am ! Comme vous l’aurez deviné tout ça pour affiner le ciblage publicitaire. De ce fait, Facebook offre plus de 1300 catégories de ciblages aux annonceurs !

Une ville bien tenue donc, où personne ne pipe mot sans que le shérif ne le sache. Heureusement subsiste quelques Lonesome Cowboys comme ProPublica qui a mis au point une application qui fonctionne sur Google Chrome (le shérif d’une autre ville, on a pas toujours le choix !), elle permet de voir précisément ce que Facebook sait de vous.

Pour voir ce que Facebook sait de vous c’est ici

Ces informations viennent du site de Facebook lui-même. Elles se trouvent dans les profondeurs de celui-ci. Une des raisons pour lesquelles on ne sait pas si ces données représentent la totalité de ce que la firme sait sur nous.

Pour une poignée de dollars …

Source.

A propos de l'auteur

Big Mac et langue française, furax en charentaises. Dans mes petits chaussons quand il s’ agit de contradiction.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Send this to a friend