Le service de livraison par drone du géant du e-commerce, Amazon Prime Air, a effectué le 7 décembre 2016 sa première livraison.

Besoin de recevoir votre colis dans l’heure qui vient ? Les drones volants pour Amazon Prime Air sont là pour ça ! Dans un programme d’essais, le site e-commerce offre à une poignée de clients résidant en Angleterre le privilège de recevoir des produits à vitesse grand V. 30 minutes pour être exact.

Le projet Amazon Prime Air a vu le jour (publiquement) en 2013. L’objectif annoncé à l’époque par Jeff Bezos était d’offrir une livraison en 30 minutes pour des objets de petites tailles. L’enjeux tant en terme d’expérience que de technologie était de taille, mais à la portée du géant. Petit à petit les idées se sont étoffées, et les générations de drones écumées.

Au-delà de l’aspect technologique, une dimension juridique est venue perturber les plans d’Amazon. En aout 2016, l’Administration Fédérale de l’Aviation (FAA) a donné pour la première fois son accord pour qu’un drone autonome puisse voler sur le sol américain. Malheureusement, seul Google avec son Project Wing a été autorisé. C’est principalement à cause de ce retard et l’absence d’autorisation que les essais d’Amazon ont été réalisés à l’étranger, concentrés sur l’Angleterre.

Sur le sol de sa majesté les engins brandés Amazon Prime Air ne sont autorisés à voler que pendant la journée, lorsqu’il y a un faible vent, une bonne visibilité. Beaucoup de contraintes, mais une faisabilité confirmée. C’est le principal pour le GAFA qui va pouvoir engager une collecte de données en conditions réelles. Viendront ensuite le temps des optimisations pour permettre aux drones de livrer dans d’autres conditions météorologiques et géographiques.

A propos de l'auteur

Co-fondateur de Siècle Digital, j’occupe mes journées à écrire et imaginer ce que sera l’univers numérique de demain.

4 commentaires

  1. Pingback: Economie digitale - lea_dubos9 | Pearltrees

  2. Pingback: TS TV Escorts from London

  3. Pingback: Eavestrough Cleaning

  4. Pingback: bet

Laissez un commentaire

Send this to a friend