C’est officiel, Donald Trump est le président des États-Unis d’Amérique. La campagne a été marquée par une guerre médiatique entre les équipes de Trump et celles de Clinton. Si l’on se penche sur les données récoltées par Google Trends on remarque que le milliardaire était au centre de bien des tendances. Aurait-on pu prédire sa victoire pour autant ?

En octobre, CNBC annonçait que MogIA avait prédit la victoire des républicains. Cette même intelligence artificielle qui a vu le jour en 2004 avait déjà prédit les trois précédentes élections présidentielles américaines.

Loin de l’intelligence artificielle et plutôt sur une intelligence humaine, Google Trends note et met en image les requêtes de recherches. Dans une rubrique dédiée aux présidentielles des États-Unis, on peut découvrir de nombreuses données complétant le résultat final.

Dans le pays de l’Oncle Sam, les requêtes se sont affolées dès minuit (heure française) autour de Donald Trump. Ce dernier a occupé les pensées et inquiétudes de bien des américains jusqu’à ce matin.

google trends donald trump

Sur les sept derniers jours, bien des thématiques liées à la présidentielle ont été recherchées. Les candidats ont débattu autour de l’économie, des armes à feu, du terrorisme, de l’avortement, et surtout de l’immigration. Simple fact checking ou réelle préoccupation, les sujets de prédilections du candidat ont occupé la toile.

google trends donald trump

Enfin, dans la course au vote, Trump devançait Clinton depuis quelques jours sur les requêtes « vote for … ». L’écart s’est creusé à l’ouverture des bureaux de vote, pour arriver au résultat que nous découvrons tous ce matin.

google trends donald trump

L’anecdote que l’on retiendra probablement ce matin, c’est la pic de recherche aux États-Unis autour de requêtes pour immigrer au Canada. Move to Canada, Immigrate to Canada, Citizenship and immigration Canada, … Ces requêtes ont été tellement nombreuses que le site de l’immigration canadien a fini par rendre l’âme…

google trends donald trump

Comme quoi, on peut combattre l’immigration, mais aussi (peut-être) en être la victime.

Source.