Les “Power Song”  ce sont ces chansons qui vous donnent la pêche. Plus puissante qu’une dose de caféine, elles vous énergisent  pour la journée. Vous avez vos Power Song, j’ai les miennes, mais est-ce que ce sont les mêmes ?

Invoquer l’esprit de Rocky

Sans doute pas, mais elles ont par contre des tas de points communs : un tempo, positive dans l’intention et gonflée d’énergie. C’est un peu la base pour passer une bonne journée et potentiellement se dépasser.

De la joie de vivre en accord majeur plutôt que de la tristesse en mineur, c’est le mantra de la majorité des Power song citée par nos contemporains. Pour être juste, petit  clin d’oeil affectueux à ceux qui se motivent en écoutant des chansons lentes et mélancoliques (Parce qu’évidement ça existe aussi). Pour eux, c’est l’émotion de la chanson et son histoire qui devient la clef .

Ce storytelling attaché à la chanson augmente l’effet et crée l’humeur en écho. Quand on écoute “Eyes of Tiger“, c’est l’esprit de Rocky que l’on invoque en secret.

Ce titre négligemment inséré dans nos playlists « sport » appel l’esprit de la victoire, la force des convictions d’un champion qui nous fait grimper  les marches du succès plus vite.

 

Une musique universelle

Musicalement, les power song ont mauvaise presse. Elle ne sont pas toujours des exemples de composition, mais faire croiser l’énergie du public et le tempo est un art. Quelques producteurs ont réussi à décrocher la timbale, mais une armée d’autres creusent encore pour trouver le trésor convoité. Le défi est de croiser le goût d’une époque, un style et un type de musique, alors que le public même fait des choix hétéroclite en terme de musique.

Beaucoup cite Michael Jackson comme le roi de la pop à paillettes, mais pas de doute que d’autres cite Beethoven pour des raisons différentes comme le prouve cet extrait d’Orange mécanique:

Faisons un petit tour chez nos amis people !

On découvre dans un encart du G.Q d’Octobre que la star des banquiers, Matthieu Pigasse (banque Lazard), se motive en écoutant «Garageland » de The Clash tandis qu’Elon Musk (Tesla) de son côté choisi “Con te partiro” d’Andréa Bocelli, une chanson qui inspire pour beaucoup d’autres sentiments que l’énergie et la joie de vivre.

Finalement il n’y a que Richard Branson (Virgin) qui est en phase avec l’image que l’on a de lui puisqu’il choisit « Fly me to the moon », version Sinatra pour s’envoyer dans les nuages.

Développement personnel et personnal branding

Les power song sont donc une forme de couteau suisse. Outil de personnal branding et de communication, elles ajoutent des nuances à des personnalités publiques potentiellement trop monolithique.

Cette réflexion sur les Power Song peut paraître anecdotique, mais bien choisis et bien écoutés, ces morceaux augmentent nos capacités de 12%. C’est un sujet pour les plateformes digitale qui ont pour mission de nous faire écouter la bonne musique au bon moment. Mais c’est aussi un outil essentiel pour la publicité qui cherche à générer des stimulations positives pour amplifier le message.

Vous pouvez donc remettre votre capuche et crier “Adrienne !”  pendant votre prochain jogging, ça vous rend réellement meilleur !