Ai Build, une startup londonienne, a fait l’expérience d’associer les deux sujets les plus en vogue de ces derniers mois : l’intelligence artificielle et l’impression 3D. Cette association a permis à la startup de réaliser un robot d’impression 3D industriel qui peut voir, créer et apprendre de ses erreurs.

L’intelligence artificielle vient décidément se glisser partout où l’informatique prédomine. Si son implantation est plus naturelle dans un univers virtuel, voici maintenant qu’elle arrive dans la création d’objets physiques. En général, la création de petits objets ne nécessite par obligatoirement d’intelligence, mais lorsqu’il s’agit d’éléments plus grands comme des avions ou des maisons les pièces sont réalisées puis assemblées ce qui demande une vraie réflexion.

Les grandes structures sont plus couteuses puisqu’elles demandent l’intervention de l’homme que ce soit pour l’assemblage, mais aussi pour le contrôle de la qualité de ce qui a été produit. L’idée d’Ai Build a été d’adapter le process de construction de grands objets afin de réduire leur cout. La startup a combiné un design couche par couche avec un design en treillis en imprimant des filaments aux angles pendant que de petits ventilateurs font baisser la température de la structure et la durcissent. Cette première approche leur a permis d’utiliser moins de matière première tout en produisant une structure robuste. Le seul problème : la production était trop lente et pouvait comporter des erreurs. « Nos robots étaient aveugles, » a déclaré Dağhan Çam, CEO d’Ai Build. « Ils prennent leurs instructions d’un ordinateur et exécutent. S’il y a un problème ils ne le remarquent pas et ne peuvent s’adapter. »

Pour pallier à ce problème, les personnes travaillant sur ce projet ont installé des caméras aux robots et ont élaborés des algorithms de vision par ordinateur afin d’analyser la structure en temps réel. Cela a permis au robot de détecter les défauts de conception et de les réparer. Le résultat a été la production en deux fois moins de temps d’une structure similaire.

Le gain n’est pas uniquement basé sur le temps de production, mais aussi sur le cout total. Les mêmes spécifications ont été envoyées à une startup concurrente qui a transmis un devis de 31 000 dollars. Pour Ai Build, cette construction n’aura coûté que 185 dollars. Non seulement le concurrent ne possède pas d’intelligence artificielle pour surveiller sa production, il avait aussi besoin de produire en plusieurs parties.

Comme proof of concept, les équipes d’Ai Build ont travaillé sur une structure de grande taille que l’on pourrait aisément retrouver dans un musée. Elle a été exposée pendant la GPU Technology Conference à Amsterdam. Une structure de 5 x 5 x 5 mètres que l’on vous laisse découvrir.

intelligence artificielle impression 3D

intelligence artificielle impression 3D

intelligence artificielle impression 3D

intelligence artificielle impression 3D

intelligence artificielle impression 3D

intelligence artificielle impression 3D

Source.