Voilà presque trois ans que la ville de Milton Keynes a annoncé vouloir mettre des voitures sans conducteur sur ses routes. L’objectif à la base était de lancer un parc d’une centaine de voitures desservant les points importants de la ville : la gare, le quartier d’affaire, les zones commerçantes.

Le plan semble avoir été rapidement balayé puisqu’aujourd’hui ce n’est qu’une simple voiture qui est testée dans la ville. Une deux places (LUTZ Pathfinder) parcourant près de 2km à travers les zones piétonnes de Milton Keynes à une vitesse pouvant atteindre 25km/h. La voiture élaborée par Transport Systems Catapult (TSC) utilise des cartes virtuelles pour se déplacer d’un point à un autre.

Outre-Atlantique, Uber est déjà en train de tester un parc de véhicules autonomes dans la ville de Pittsburgh. Les utilisateurs peuvent de temps à autre tomber sur une voiture sans conducteur qui leur fera traverser la ville. Le passager est accompagné de deux ingénieurs prêts à reprendre les rênes en cas de pépins.

La mise en route d’un parc de LUTZ Pathfinder est l’aboutissement de 18 mois de travail pour TSC. L’organisation (sans buts lucratifs) a été par l’association de fonds publics et privés.

En plus de faire un test grandeur nature de voitures sans conducteur dans une zone urbaine et piétonne, les pouvoirs publics auront l’opportunité d’analyser la réaction des citoyens, qu’ils soient passagers de la voiture, ou piétons ayant croisé sa route.

À terme, la volonté du gouvernement anglais est de positionner le pays comme pionnier et leader dans les technologies automobiles sans conducteur. Le marché pourrait peser près de 1000 milliards d’euros en 2025.

Source.