La semaine dernière CNBC a annoncé que Twitter pourrait faire l’objet d’une acquisition dans un futur proche.

Le réseau social aurait déjà fait des intéressés auprès de géants de la technologie et des médias et aurait aussi probablement déjà reçu des offres de rachat formalisées. Parmi les intéressés on retrouve Google, Salesforce, Microsoft, Verizon, ou encore Disney.

Cette annonce a eu pour effet de faire grimper l’action de Twitter sur le marché boursier : +21% vendredi 23 septembre. Le conseil d’administration de Twitter serait largement favorable à un rachat et en demande d’un accord, mais le clap de fin n’est pas pour tout de suite.

Quels intérêts pour les différents acquéreurs potentiels ?

Du haut de ses 10 ans, Twitter a su construire – malgré des hauts et des bas – une plateforme avec des bases solides qui pourrait apporter du sens à une association avec une des entreprises citées plus haut.

Acquéreur confirmé par Bloomberg, Disney a déjà un passé en investissement dans des médias numériques comme Hulu ou Vice. Mais Disney est surtout intéressé par un public jeune qui déserte de plus en plus la télé au profit des médias sociaux comme Snapchat, Twitter ou YouTube. Alors que la branche TV de Disney continue de se développer, les récentes initiatives et compétences acquises par Twitter pour diffuser des lives pourraient créer un regain d’intérêt auprès des jeunes pour certains programmes liés au live.

Pour d’autres géants comme Google ou Salesforce, il ne fait aucun doute que l’expertise de Twitter en matière de data est une des principales motivations d’achat. Le social listening et la compréhension de tendances émergentes peuvent être des services proposés en déclinaison à leurs clients respectifs. Google pourrait ainsi mieux intégrer des publicités, et les clients de Salesforce optimiser leur SCRM.
Pour Google, l’intérêt pourrait aussi se lier aux récentes évolutions dans la monétisation des contenus sur Twitter. Amplify permet désormais à des créateurs de contenus et publishers de glisser des pré-roll sur les vidéos. Twitter a aussi des partenariats avec de grandes régies pour que des annonceurs puissent jouir de la raisonnance sociale d’émissions TV.
Pour Salesforce, Vala Afshar, le Chief Digital Evangelist de l’entreprise a publié un tweet présentant les vertus que pourrait apporter Twitter à son entreprise :


Côté Microsoft, après un rachat de LinkedIn cet été, l’acquisition de Twitter pourrait venir étoffer son portefeuille de réseaux sociaux avec Skype. D’autres rachats effectués sur des services professionnels restent plutôt incohérents avec cette idée, sauf si l’objectif est de limiter la croissance de Salesforce.

Pour bien des entreprises, l’acquisition de Twitter pourrait apporter de nouvelles opportunités et les spéculations vont bon train. Néanmoins, Twitter a historiquement plus d’atomes crochus avec Google que tous les autres protagonistes. Si un rachat devait être effectué par la firme de Mountain View dont le montant pourrait aisément dépasser les 30 milliards de dollars, cela représenterait moins de la moitié de ce que possède le géant dans ses caisses.