L’Administration Fédérale de l’Aviation (FAA) a donné pour la première fois son accord pour qu’un drone autonome puisse voler sur le sol américain. Dans la continuité de cette décision et pour accompagner un projet de la Maison-Blanche pour accélérer le déploiement de la livraison par drone, le projet de Google a été plébiscité.

C’est principalement parce que la FAA refusait le vol de tout engin autonome que les premiers tests pour Amazon Prime Air, ou Project Wing de Google ont été réalisés à l’étranger.

Dans un communiqué de presse, la Maison-Blanche ajoute :

Les données récoltées seront partagées avec les partenaires gouvernement afin d’aider les régulateurs à répondre aux questions critiques de sécurité et de facteurs humains pour la livraison par drone. Le Project Wing prévoit pour les tests d’inclure des opérations avec des chargements externes ainsi que des vols avec très peu de visibilité. L’entreprise – Google – va aussi développer et déployer un environnement open-interface, des solutions de gestion de l’espace aérien pour des vols basse altitude utilisant des technologies de communication peu couteuses et évolutives.

La prochaine étape réside pour Google dans la conception et le test d’une nouvelle génération d’outil de gestion du contrôle aérien spécialement dédié aux UAV (Unmanned Aerial Vehicles, ou drones). Cela doit permettre de gérer un espace basse altitude de plusieurs milliers d’objets volants. Une très belle opportunité de business pour la firme de Mountain View qui va certainement prendre un coup d’avance sur Amazon.

Source.