Véritable mise en échos au thème de l’événement qui portait sur l’Expérience Client, l’iMedia Brand Summit a été un parfait écrin pour les 500 professionnels du Marketing réunis à Biarritz pour deux jours.

L’humain, l’émotion, l’expérientiel ont suinté de chaque prise de parole, comme une ode au retour à la simplicité, paradoxe à l’ère ou la technologie, elle, prend le chemin inverse. L’événement construit autour de Keynotes, tables rondes thématiques et des ateliers animés par des entreprises étaient aussi (ou surtout) l’occasion pour les professionnels d’échanger, et de booker leurs rendez-vous professionnels, 800 rendez-vous d’affaires selon les organisateurs

Du futurologue au prophète

Pour coller aux attentes et aux besoins des professionnels, l’événement bénéficie d’un comité éditorial à la taxinomie proche des participants : des décideurs des grandes marques qui élaborent un programme pour le top management de grandes marques.

Dans la même catégorie

Joël de Rosnay était l’invité d’honneur de l’événement et ouvrait le premier jour avec une conférence à dimension prospective sur l’entreprise du futur. Vulgarisateur, l’orateur a offert à son auditoire un condensé de toutes les avancées actuelles qui transcendent les organisations. Exercice difficile que de coaguler en une heure, des thèmes tels que les smart grids, l’impact des millenials dans les organisations, les innovations dans la santé ou de la fin du salariat.

Le « digital prophet » d’AOL a pris le contrepied du prospectiviste en occupant l’espace et en investissant le champ des usages, de la créativité et de l’émotion. 1 heure de prise de parole et de multiples exemples ou David Shing a brossé le portrait d’une génération qui produit, interagie et remix, qui force et forcera toujours plus les marques à innover, moins techniquement que sur le contenu proposé. Dans son show à l’américaine, David Shing a réalisé la mise en abyme dosée sur le retour d’AOL : proposer un contenu pointu et cohérent, avec une technique de pointe, mais non centrale.

Le salon offrait également des tables rondes sur des sujets plus fins. Mentions sur la dernière table ronde sur le Crowd marketing uniquement composée de speakeuse. Loin d’être un prétexte cosmétique, les interventions étaient délivrées par le top management de 4 entreprises performantes sur leur secteur.

Événement dense, quelques pistes ont toutefois émergé pour répondre à la nécessité d’une expérience client optimale :

  • Proposer une expérience qui tend à la granularité et l’individualisation, en favorisant le plus possible les friches pour que les consommateurs puissent s’en emparer, se l’approprier et co-construire (voir construire seul)
  • Utiliser intelligemment la donnée et notamment les Data Management plateforms pour maîtriser le contexte.
  • Voir l’entreprise comme un système ouvert, tourné vers le consommateur, lui permettant le plus possible d’interagir tant avec l’organisation qu’avec les autres clients.
  • Transformer l’organisation avec de nouvelles fonctions transverses chargées non pas seulement de « digitaliser » l’entreprise, mais de provoquer une véritable auto-acculturation en prise avec l’accélération des innovations.

Vaste champ d’investigation, et assez logiquement sans road map.

Un événement b2b avant tout

La machine de guerre Comexposium qui organise des événements comme le salon de l’agriculture ou le Paris Retail week connaît le besoin pour le top management, de se former et se rencontrer. L’iMedia Brand Summit, c’est avant tout un comité éditorial décidant de ce qu’il va être montré. C’est aussi une logique qui repose sur l’invitation d’annonceurs par les exposants, favorisant la densité du maillage de la profession et le networking.

Le choix de Biarritz pour ces deux jours est réfléchi, et sert à générer une « bulle de deux jours pour créer un climat favorable aux rencontres, à l’immersion et au business. Ce type d’événement ne peut fonctionner que s’il se déroule en dehors de Paris. Puisqu’il est très important que tous les participants soient entièrement disponibles, sans être dérangés et/ou obligés de retourner au bureau en extrême urgence», comme le souligne Arnaud Gallet, directeur de l’événement.

Un cadre chargé de la transformation digitale d’un grand groupe me confiait également le besoin de très vite venir faire un point sur les différentes tendances, solutions et acteurs que favorise ce type d’événement.

Même son de cloche du côté de Johan Benoualid, directeur général d’Hootsuite pour l’Europe du Sud quand il évoquait le fait que « les marques ont compris l’importance des médias sociaux dans l’expérience et la relation client et comme point d’entrée privilégié », et « qu’un salon comme l’iMedia Brand Summit est un bon moyen de venir échanger sur les meilleures pratiques et de monter en maturité ». C’est aussi tout l’enjeu des ateliers « experts » animés par des acteurs sélectionnés pour la qualité de leurs solutions. Hootsuite présentait par exemple un case study sur la transformation digitale et le brand advocacy sur la Caisse d’épargne, l’occasion de souligner les forces de son application Amplify. Normal.