Parce qu’après l’apogée vient la chute de l’empire, je m’interroge sur la courbe de vie de la pop culture.
Une culture accessible, mais surtout une tendance devenue incontournable, présente dans nos salons, imprimée sur des toiles à la manière d’Andy Warhol, ou bien sur nos t-shirts Star Wars.

Alors comment la culture populaire, issue de contre-cultures minoritaires a-t-elle prise son envol au point de paraître presque mainstream ?

Si on devait définir la pop culture (ou culture populaire), nous pourrions dire que c’est avant tout une forme de culture regroupant des oeuvres : films, séries, jeux vidéos, peintures … Elle a pour caractéristique intrinsèque d’être connue de tous, et donc d’être notre héritage commun !
Un héritage tellement apprécié que l’industrie a même fini par l’adopter !

La pop culture passe la vitesse supérieure !

L’industrie l’a bien compris : la pop culture fait vendre ! Présente au cinéma dans les blockbusters portés par les super-héros qui ont fait notre enfance, (Batman v Superman, ou encore Captain America Civil War) ou encore sur les podiums des défilés de mode, la pop culture continue de faire rêver et surtout de faire vendre !
Mais le déclin de notre madeleine de Proust se profile lorsque la publicité commence à se l’approprier ! Affichée, placardée, sur-exposée et trop détournée, la pop culture perd de son attrait pour répondre aux objectifs commerciaux des multinationales en manque d’inspiration !

audrey_hepburn_megane_amic_McDonald_pop_culture_siecle_digitalNokia_pop_culture_megane_amico_siecle_digitalKenye_West_pop_culure_megane_amico_siecle_digital
Mais connaissez-vous réellement Audrey Hepburn ? Sa filmographie ? (visuel 1)
Savez-vous réellement qui est Rosie la riveteuse, icône populaire de la culture américaine, symbolisant les six millions de femmes qui travaillèrent dans l’industrie de l’armement et qui produisirent le matériel de guerre ? (visuel 2)
Maintenant ne trouvez-vous pas incompréhensible le visuel de Rosie, repris avec Keny West ou par Nokia ?

Quand les médias s’approprient la pop culture.

Une tendance tellement juteuse, que même les acteurs plus éloignés de cette culture finissent par en tirer profit. C’est le cas du site Le Point qui pour se donner un petit coup jeune et séduire un nouveau lectorat ouvre une rubrique : Le Point Pop ! Idem pour GQ ou encore l’Obs, comme-ci la pop culture pouvait se délimiter.
Vous pourrez retrouver dans ce genre de pages, Beyonce, Nicki Minaj, un Gif de chat … pas réellement capable d’être prise au sérieux, la pop culture devient un four-tout, un divertissement pour nos moments de procrastination, et une source inépuisable de posts Facebook à partager avec nos amis !

C’est ce qu’on appelle l’appropriation des médias, vulgariser un art, une mode, une tendance pour la rendre tellement accessible qu’elle en perd son attractivité et son charme aux yeux des personnes qui l’ont créée et vue naître. 

Alors, la pop culture est-elle mainstream ?

Pendant que Taylor Swift et Kim Kardashian s’amusent avec la pop culture, des voix s’élèvent pour crier au vol, voir au viol de leurs cultures devenues un divertissement. Car n’oublions pas d’où la pop culture tire ses origines ! Issue de mouvements artistiques minoritaires mais souvent engagés comme le street-art, leurs créateurs voient leurs oeuvres réduites à néants, sur un linéaire de chez Gifi (quelle idée de génie) !

L’art, et la pop culture censés ouvrir à la réflexion et à l’échange deviennent alors un trophée, un signe ostentatoire d’appartenance à un groupe, classé dans la catégorie : à la mode !
Pourquoi porter un T-shirt du célèbre groupe Les Ramons, si vous ne connaissez pas le groupe ? Pourquoi accrocher un cadre d’inspiration pop art dans votre salon, si vous ne connaissez pas Andy Warhol ?
Oui la publicité a rendu mainstream la pop culture, mais en plus elle la vulgarise, en vampirisant ces codes sans y apporter de valeur ajoutée.
Et si la publicité bien pensée avait un rôle pédagogique ? Celle de pousser la curiosité des consommateurs vers des références qui leur sont encore inconnues, car appartenant aux générations précédentes. Pousser des portes pour élargir sa culture, et apprendre du passé.
Pour cela faudrait-il encore que les consommateurs abrutis par des publicités sans créativité s’y intéressent encore.

Quelle pop culture allons-nous transmettre ?

La mode et les tendances sont d’éternels recommencements, influencés par nos prédécesseurs. L’avenir est donc dans le passé !
La pop culture sera-t-elle capable de se renouveler ? Sera-t-elle capable d’aller puiser de nouvelles inspirations, actuelles ou futures encore inconnues ?
Car c’est notre présent qui fera notre futur, et qui fera la pop culture de nos enfants !
Est-ce réellement ces personnages que nous voulons laisser en héritage à nos futures générations ?

women_pop_culture_megane_amico_siecle_digital

Si loin des personnalités qui ont construit la pop culture, comme Andy Warhol, Jeff Koons, Roy Lichtenstein, les Rolling Stones, ou les icônes féminines telles que Maryline Monroe, Audrey Hepburn … Serons-nous fières de la pierre à l’édifice que nous allons laisser ?
Heureusement il y a Games of Thrones, et les mêmes malins et créatifs qui rebondissent sur notre actualité parfois brulante. Autant de traces qu’internet notamment nous permettra de laisser et qui nous donne de bonnes raisons de penser que la pop culture saura se renouveler !

Rédigeons notre testament, allons chercher les milliards de possibilités qui s’ouvrent à nous, communiquons, partageons et laissons libre cours à la créativité !

A propos de l'auteur

Chef de projet digital chez Golden Moustache, rédactrice pour Siècle Digital, et chroniqueuse radio au Comptoir digital. Jane dans la jungle Parisienne, Dora l'exploratrice du Web 2.0, princesse Zelda du Social Media, Alice au pays merveilleux du digital !

2 commentaires

  1. Pingback: Agence Transitions (transitions) | Pearltrees

  2. Pingback: T’as pas vu ma pop? #1 | Lady Butterfly & Co

Laissez un commentaire

Send this to a friend