Facebook Instant Articles & Google AMP, tout ce que vous devez savoir.

3

Facebook Instant Articles (FIA) et Google Accelerated Mobile Pages (AMP) ont fait tous les deux leur apparition au cours de l’année 2015. Tous les deux sont des formats spécialement dédiés au mobile. Ils offrent aussi une vitesse de chargement incroyable. Le premier permet aux éditeurs de proposer un article adapté à Facebook en maintenant l’utilisateur sur l’interface du réseau social. Le second apparait dans l’interface de recherche Google avec le sigle AMP et renvoie sur le site de l’éditeur dans un gabarit adapté au mobile et très rapide.
Avec l’ouverture à tous les éditeurs de FIA le 12 avril, et le déploiement d’AMP depuis quelques semaines, beaucoup de personnes échangent sur le sujet. Ces deux formats sont comparés, analysés, et surtout incompris. Voici donc tout ce qu’il y a à savoir pour parler de ces deux formats simplement.

AMP-instant-articles-responsive

De gauche à droite : Instant Articles, Google AMP, version responsive.

Complémentarité.

Si vous êtes un éditeur, comme nous, Libération, Minutebuzz, et bien d’autres, ne vous posez pas la question de savoir si vous devez choisir FIA ou AMP. Prenez les deux. Certains se demandent s’ils vont prendre l’un ou l’autre, mais ces deux formats sont surtout complémentaires. AMP ramènera du trafic depuis le search, FIA depuis le social. Ces deux sources vous amèneront un trafic avec un comportement différent.
En ne servant pas les mêmes internautes, FIA et AMP ne doivent plus être considérés comme frères ennemis. De Facebook et Google, il permettront à votre audience de jouir d’une expérience agréable et rapide, loin du temps de chargement infini de certains sites.

Fonctionnement commun.

En plus d’être complémentaires, Facebook et Google ont prévu des fonctionnalités communes. Les présenter va permettre de répondre à deux idées reçues que nous avons eu l’occasion de voir sur Twitter ou Facebook.

Le duplicate content.

Non, utiliser des formats ne créera pas un contenu dupliqué que Google pénalise tant. Les contenus distribués par AMP et FIA proviennent directement du site et sont justes adaptés au format. L’image principale, le texte, les liens, et quelques fonctionnalités sont repris pour être redistribués. Ce qui a un impact sur la vitesse de chargement, c’est que ces données sont stockées et optimisées sur des serveurs appartenant à Google ou Facebook.

La baisse du trafic.

C’est une autre idée reçue qui aurait presque mérité un petit facepalm. Si les données de l’article sont stockées en cache par Facebook et Google, cela ne signifie pas qu’ils s’accaparent votre trafic. Côté Google, le format AMP est directement présent dans une URL de votre site. Par exemple le site Libération a des adresses construites de cette manière : libération.fr/amphtml/catégorie/année/mois/jour/titre. D’autres sites rajoutent simplement /amp/ à la fin de leurs URLs. Côté Facebook, cela fonctionnera de la même manière. Et si l’utilisateur est tout de même retenu sur le réseau social, vous avez la possibilité de maintenir le tracking de Google Analytics ou autre outil d’analyses.

La baisse du nombre de pages vues.

Question souvent liée à la baisse du trafic sur le site, qu’en est-il du nombre de pages vues ? Et bien les éditeurs, sur AMP et FIA, ont tous la possibilité de rajouter une suggestion d’articles à la fin de leur contenu. Ce qui sera d’autant plus intelligent c’est de renvoyer vers des articles du même format. Ainsi, une personne lisant un contenu en FIA pourra basculer sur un autre article du même format, et pareil pour AMP. L’éditeur pourra non seulement proposer des articles liés comme il peut le faire sur une version responsive, mais en maintenant les très bonnes performances de navigation.

Différences.

Si ces deux formats sont complémentaires et ont des fonctions communes, ils ont aussi des différences profondes.

Monétisation.

C’est une question importante pour un grand nombre d’éditeurs. Si les adblockers sont un véritable sujet pour internet sur desktop, la partie mobile échappe de peu à cette déferlante. Pour l’intégration de publicité display, Facebook et Google proposent deux solutions bien différentes. Pour FIA, les éditeurs sont obligés d’utiliser les publicités Facebook et uniquement celles-ci. À l’inverse, AMP supporte un grand nombre de solutions : Taboola, Teads, AdSense, A9, App Nexus, DoubleClick, etc.

Intégration des vidéos natives.

Comme présenté dans son plugin destiné à WordPress, Instant Articles supportera les lecteurs de vidéos tiers. Ce qui veut dire que dans votre article vous pourrez intégrer des vidéos YouTube, Dailymotion, ou votre propre lecteur. En revanche AMP semble avoir plus de problèmes avec les lecteurs. Étonnamment avec celles hébergées sur Facebook.

Vocation(s) du format.

Il aurait été dommage de ne pas conclure cet article sur la vocation d’Instant Articles et d’AMP.
Facebook souhaite principalement offrir une solution gagnant-gagnant aux éditeurs. FIA permet de maintenir les utilisateurs sur le réseau social, tout en leur distribuant des Facebook Ads. D’un autre côté l’éditeur peut offrir à son audience une lecture agréable, sans temps de chargement, et tout en monétisant son contenu.
Google semble avoir un projet beaucoup plus vaste pour AMP : rendre le web mobile plus agréable. La firme de Mountain View s’est d’abord adressée aux éditeurs puis a adapté son format à plusieurs CMS dont le plus connu est WordPress. Mais AMP est aussi adaptable à Drupal, un CMS destiné au e-commerce. Et dans les faits, toutes les pages web peuvent s’adapter au format mobile de Google. On peut donc s’attendre à voir dans un futur proche le format AMP vanter ses bienfaits pour l’e-commerce et plus la presse online.

A propos de l'auteur

Co-fondateur de Siècle Digital, j'occupe mes journées à écrire et imaginer ce que sera l'univers numérique de demain.