La diversité de genre dans le monde de l’IT.

0
La Journée internationale des droits des femmes donne l’occasion à 6 membres du CMIT (Club des directrices (et directeurs) marketing et communication de l’IT) de partager un point de vue, une expérience, sur la question de la diversité de genre. D’ailleurs au CMIT une parité parfaite est appliquée au sein du bureau.

Je ne vois encore que de maigres évolutions en terme de diversité dans le monde de l’IT. Les Comités de Direction se féminisent et la parité n’est plus aussi rare qu’avant. Mais si tous les niveaux avancent dans le bon sens, tous les services ne le font pas à la même vitesse. Qui s’étonnera de voir une DAF, une DRH, une Directrice Marketing-Com ? Côté production, delivery, voire ventes et avant-ventes c’est un tout autre paysage qui reste la règle. Par exemple, combien de femmes DSI dans le CAC40 ou le SBF 120 ?
Mais je prends le pari d’annoncer un avenir plus rose ! Avec l’importance grandissante des métiers dans les projets IT, qui deviennent commanditaires et décisionnaires, avec la digitalisation de l’économie qui met les fonctions plus féminisées au centre des révolutions technologiques, le monde l’IT va nécessairement intégrer une part grandissante de femmes. Ainsi les femmes ne deviendront peut-être jamais aussi geeks que les hommes, mais elles pourront piloter le sens des nouveaux business models issus de la numérisation !
Magali Regnault, Head of Marketing & Communication T-Systems France, Membre du CMIT.

C’est un sujet qui me tient à cœur ayant fait partie du Board du réseau PWN Paris (Professional Women’s Network) pendant 3 ans. Le secteur IT et numérique reste majoritairement masculin (environ 75%) avec plus de mixité dans certaines fonctions comme Marketing, RH, Ventes… Pourtant les nouvelles technologies du numérique offrent plus de flexibilité (travail à distance) et permettent un meilleur équilibre de vie. Toutefois, lors d’un recrutement dans l’IT, il y a toujours plus d’hommes que de femmes qui postulent !
Pour casser les stéréotypes et briser le plafond de verre, des initiatives sont apparues comme du Mentoring. Il reste encore beaucoup à faire… pour plus de mixité !
Pour aller plus loin, je recommande le livre auquel PWN a contribué : « Mixité, quand les hommes s’engagent » ou le business case de la mixité avec le témoignage de 12 patrons.
Anne-Pierre Guignard, Directrice Marketing LANDESK Europe du Sud, Moyen-Orient & Afrique, Membre du CMIT.

Je suis bien contente de constater que le secteur IT n’est pas enclin à la stigmatisation. C’est rassurant dans un secteur aussi innovant, de voir des femmes évoluer, de les voir profiter de leur succès comme mérité et sans sarcasmes. Honnêtement, je n’y connais que le respect de l’autre, de ses compétences. Et cette égalité est — il faut bien l’admettre— aussi saine et rafraîchissante qu’elle se fait rare dans bien d’autres secteurs dans lesquels j’ai travaillé auparavant.
Le déséquilibre numérique est flagrant ! Dans les entreprises, et même dans les écoles, peu de femmes. Cependant les hommes semblent apprécier la proportion féminine grandissante.
Mais pourquoi donc ? Serait-ce la capacité émotionnelle des femmes qui alimente durablement une profession trop technique, robotisée ?
Serait-ce leur part de créativité qui arrive à connecter les objets ? A créer des concepts disruptifs en repartant d’une page blanche et non de celle qui est déjà écrite ?
Celine Gallerne, Marketing Communications Manager ESI Group, Membre du CMIT.

Le monde de l’IT est sans aucun doute masculin et toutes les initiatives pour casser les modèles préconçus auprès des plus jeunes sont les bienvenues. Il est en effet important que la diversité de genre soit renforcée particulièrement pour les profils techniques. Cela doit commencer à l’école dès le primaire mais aussi être relayé par les acteurs du monde digital, notamment les jeux qui devraient diversifier l’offre pour mieux adresser le public féminin et donc inciter par l’angle ludique à aller plus loin. L’impact de cette absence de diversité de genre me semble difficile à mesurer car je ne le vis pas comme un problème mais je la ressens plutôt comme un potentiel qui ne se serait pas encore exprimé. L’industrie IT aura surement beaucoup à gagner en se féminisant.
Carole Winqwist, VP Marketing Bonifasoft, Administratrice du CMIT.

Très bien. C’est vrai que l’IT reste un secteur assez masculin, mais pour autant, je n’y ressens pas de machisme ! Les femmes y sont accueillies à bras ouverts ; leur créativité, leur sensibilité et leur audace ont une vraie valeur ajoutée dans un un secteur où il faut vouloir bousculer les codes, sentir les tendances et chercher l’innovation. Nous sommes de plus en plus nombreuses à nous lancer dans ce secteur et j’en suis ravie. Cela créer un vrai dynamisme et un esprit de partage et de collaboration. Les initiatives comme l’exposition « Quelques femmes du numérique » de Olivier Ezratty et Marie-Anne Cagnac ou encore la « Journée de la Femme Digitale » le soulignent et nous permettent de nous retrouver, échanger et nous inspirer.
Caroline Baron, Marketing Manager France – Launchmetrics (Augure) Membre du CMIT.

On ne peut que se réjouir des évolutions qui ont eu lieu dans ce domaine ces dernières années avec une féminisation des métiers de l’IT, même si on ne constate pas encore cette fameuse ‘parité’ sur les bancs des écoles d’ingénieurs notamment. Les métiers liés à l’univers IT attireraient-ils moins les femmes ? Possible. En tant que femme évoluant depuis plusieurs années dans des entreprises de ce secteur, laissez-moi vous dire qu’il s’agit d’un domaine passionnant en continuelle (r)évolution. Et, comme pour bon nombre de secteurs, la diversité est un atout ! La prochaine étape… une meilleure intégration des femmes au sein des comités de direction ?
Sandrine Quinton, Public Relations Manager Continental Europe – Mitel, Membre du CMIT.

A propos de l'auteur

Le CMIT est le Club des Directeurs marketing & communication de l’IT. Fondé en 2003, il réunit une centaine d’adhérents autour de préoccupations plutôt B2B dans l’industrie de l’IT au sens large.