Les médias sociaux sont-ils déjà le premier levier marketing ?

5

Depuis le lancement de Facebook en 2005 et de MySpace auparavant, les médias sociaux ont changé les règles du jeu en matière de marketing. Le contact avec les prospects et les clients est désormais direct. Rapidement, aux Etats-Unis puis partout dans le monde, le Social Media est devenu incontournable pour toutes les entreprises.
En quelques « partages » ou « Retweet », un message, potentiellement négatif, est diffusé dans le monde entier. Face au temps passé par les internautes sur les médias sociaux, les entreprises doivent être au coeur de ce nouveau système informationnel.
Dans ce contexte, les données générées par le « web » se sont démultipliées au point d’atteindre un point de rupture nommé « Infobésité ». Opportunité pour les Marques qui peuvent profiter de ces données pour optimiser leur ROI et obtenir des leads concrets.

Les médias sociaux sont plus pertinents qu’une newsletter.

Les réseaux sociaux réussissent à rassembler un très important nombre d’internautes ou de mobinautes de tous profils, et ce, comme aucun autre média jusque-là.
Ainsi il est important de prendre en considération le temps passé par chaque utilisateur sur les réseaux sociaux. Plusieurs sources (dont le Blog Du Modérateur et L’Express) indiquent qu’un utilisateur passe en moyenne 2 heures par jour sur ces nouveaux médias.
En ce sens, Facebook, Twitter ou encore Instagram sont des plateformes sur lesquelles les utilisateurs passent du temps, et deviennent naturellement des cibles disponibles pour toutes sortes d’action marketing.
La démarche n’est plus descendante de la marque vers le prospect, mais bien ascendante du prospect vers la marque. En effet, les utilisateurs qui « suivent » une marque ont accepté de recevoir ses actualités lors de leur navigation sur les médias sociaux.
Notons que les réseaux sociaux sont bien moins intrusifs qu’une newsletter et bien plus flexibles. L’information est proposée et le prospect clique sur le Post ou sur le Tweet uniquement lorsqu’il le trouve intéressant.

Les réseaux sociaux permettent de veiller sur vos prospects.

Les utilisateurs « scannent » littéralement leur fil d’actualité et s’attendent à y trouver des informations de toutes natures. A ce titre, la « sérendipité » a pris un essor considérable puisque les utilisateurs sont curieux de recevoir des informations considérées comme « inattendues ».
Au final, les réseaux sociaux sont devenus de véritables outils de veille permettant de tester rapidement mais avec certitude les résultats de nombreux et différents messages lancés comme une bouteille à la mer pour faire réagir les cibles que sont les membres des médias sociaux.
N’oublions pas qu’une information est jugée qualitative selon son taux de partage et son nombre de vues. L’affichage du chiffre de vues étant fortement incitatif et suggère au visiteur de cliquer sans plus attendre et prendre le temps de visualiser le message et sa vidéo.
La prise en considération de cet indicateur oblige les marques à être créatives et à produire régulièrement des contenus de qualité agrémentés de vidéos, images ou tutoriels.

Du Social Media au Social Selling : ce qui intéresse les annonceurs !

Dans un tel environnement où l’utilisateur partage, aime (ou non) et devient le protagoniste, les marques ont compris que l’individu est devenu un véritable média de conversion.
Les utilisateurs deviennent des ambassadeurs qui « recommandent » une marque, un produit, un lieu, un service, une entreprise, etc…En ce sens, le Social Media ouvre la voie au Social Selling puisque des ventes concrètes découlent des actions des utilisateurs.
Certains chiffres ne trompent pas concernant la puissance des réseaux sociaux en matière de Social Selling (notion de recommandation sociale):
– IBM a augmenté ses ventes de 400 % grâce au Social Selling via l’implication de ses commerciaux sur des réseaux comme Linkedin (à approfondir avec cet article sur le sujet) ;
– 86 % des acheteurs de produits technologiques utilisent les réseaux sociaux pour prendre leur décision d’achat, notamment lorsqu’il est question de solutions digitales et de services en ligne ;
– 55 % des utilisateurs de Facebook sont influencés par leurs « Amis ».

Exceptionnelle qualité de ciblage et facilité d’utilisation

L’autre point fort des réseaux sociaux reste l’excellente qualité de ciblage des actions marketing menées. En effet, il y a d’une part la « disponibilité » des utilisateurs et d’autre part la « qualification» des campagnes publicitaires.
Concernant la disponibilité, les utilisateurs qui s’abonnent au flux d’une page ou d’un réseau, le font volontairement et indiquent eux-mêmes leur approbation : « Oui, j’aime cette marque et ce contenu ».
Concernant la qualification, les filtres proposés tels que âge, diplôme, zone de résidence, statut affectif, passions/intérêts, etc, par Facebook et Twitter permettent de cibler avec une grande précision tel ou tel segment d’utilisateurs. Un réel plus pour les annonceurs, ils gagnent du temps et améliorent la qualité de leurs campagnes publicitaires.

Ne pas confondre la notoriété et le référencement naturel

Il est important de noter que l’activité sur les médias sociaux n’a aucun impact sur le référencement naturel. Il ne s’agit pas d’un indicateur pris en compte par les calculs algorithmiques des moteurs de recherche.
Et si les réseaux sociaux s’imposent comme un levier à part entière, ils ne sont en aucun cas une alternative suffisante au référencement naturel. Pour rappel, il s’agit de la capacité d’un site à se positionner dans les moteurs de recherche sans faire appel à des contenus publicitaires comme Google Adwords, Bing Ads, Yahoo Search Marketing…
Grâce à des contenus de qualité et des liens entrants (les fameux backlinks) à fort potentiel SEO, les sites peuvent se positionner dans les premiers résultats organiques des moteurs de recherche. En ce sens, il ne s’agit que d’une mécanique scientifique (algorithmes) et non d’une échelle indexée sur la notoriété d’un site web.
Par conséquent la démarche marketing online des marques et des entreprises doit prendre en considération les deux actions d’une manière distincte. D’abord assurer sa visibilité en mettant en place toutes les bonnes pratiques permettant d’obtenir un bon positionnement dans les moteurs de recherche et en particulier dans Google.
Ensuite assurer sa notoriété en affirmant sa présence sur les réseaux sociaux par l’intermédiaire d’une Page Marque pour chacune des plateformes. Sans oublier naturellement d’animer cette page afin qu’elle soit partagée avec un maximum viralité.
Pour aller plus loin avec les bonnes pratiques et des exemples de campagnes de grands annonceurs qui ont mis en place des stratégies de Social Selling, des partenariats influenceurs, et une véritable écoute des réseaux sociaux, je vous conseille la lecture du livre blanc : Les essentiels du marketing social.

A propos de l'auteur

Spécialiste des outils de Marketing Automation, DMP et Marketing Cloud, j'ai une connaissance précise des outils de lead generation à destination des entreprises. Riche d'une expérience au sein de plusieurs entreprises créatrices de softwares B2B, je suis actuellement en charge de la promotion des outils de Marketing Cloud chez Oracle.