Le travail des enfants en Afrique au service d’Apple, Samsung, Microsoft et d’autres.
Technologie

Le travail des enfants en Afrique au service d’Apple, Samsung, Microsoft et d’autres.

En République Démocratique du Congo, des mines de cobalt faisant travailler des enfants auraient fait partie de la chaine d’approvisionnement de géants de la technologie. Samsung, Apple, et Microsoft sont directement concernés par une enquête menée par Amnesty International et Afrewatch. Le rapport mentionne aussi des constructeurs automobiles comme Volkswagen ou Daimler AG (Mercedes, Smart, …).

Le rapport diffusé aujourd’hui dénonce le travail d’enfants dans les mines cobalt en RDC gérées par un sous-traitant du chinois Huayou Cobalt. Les matières premières seraient ensuite revendues à des entreprises en Chine ou en Corée du Sud où le cobalt est alors utilisé pour créer de batteries au lithium-ion. Ces dernières étant bien entendues utilisées dans la conception de smartphones ou de voitures électriques. Amnesty dénonce une dizaine de multinationales clientes de 6 constructeurs de batteries. Apple est d’ailleurs client de quatre d’entre elles et Samsung en possède deux.

mines de cobalt congo
Schéma d’approvisionnement du Cobalt jusqu’aux multinationales.

L’enquête est basée sur des entretiens avec plus de 80 personnes qui travaillent ou qui ont travaillé dans des mines de cobalt. 17 enfants âgés de 9 à 17 ans témoignent sur leurs conditions de travail. Ils travaillaient jusqu’à 12 heures par jour pour une paye allant de 1$ à 2$. Amnesty et Afrewatch se sont procuré des preuves du travail des enfants sous forme de photos et vidéos.

 travail des enfants mine de cobalt congo
©Amensty International

C’est le paradoxe principal de l’ère numérique. Les entreprises les plus riches et le plus innovantes sont capables de vendre des produits très avancés sans avoir à présenter la source des matières premières utilisées.
Les abus dans les mines restent ignorés, car les places de marchés mondiales ne se préoccupent pas des conditions dans les mines, usines, ou chaines d’assemblage. Nous avons remarqué que les négociants achètent des matières premières sans demander comment et où elles ont été minées.
Emmanuel Umpula, directeur général d’Afrewatch.

La République Démocratique du Congo produit plus de 50% du cobalt mondial, et Huayou Cobalt récupère 40% de cette production. Le rapport révèle que plus de 80 personnes sont mortes dans ces mines entre septembre 2014 et décembre 2015. L’utilisation du travail des enfants dans les mines est largement répandue et aurait concerné 40 000 enfants en 2014.

J’ai passé parfois plus de 24 heures dans les tunnels de la mine. J’arrivais le matin et ne repartais que le lendemain matin. Je devais faire mes besoins dans la mine. Ma mère adoptive voulait m’envoyer à l’école, mais mon père adoptif était contre cette idée et il m’a envoyé travailler à la mine.
Paul un orphelin de 14 ans travaillant à la mine depuis 2 ans.

Le rapport publié aujourd’hui par Amnesty est alarmant et pointe du doigt de nombreux secteurs technologiques. Si des géants tels qu’Apple, LG ou Samsung se disent incapables de contrôler la base de leur chaine d’approvisionnement, c’est aux autorités internationales de prendre la main sur ces abus.

Send this to a friend