Journée de la Femme Digitale 2016 : Meet the future

0

Cette année sera la 4ème année édition de « La Journée de la Femme Digitale », cette conférence se définissant comme « célébrant l’audace, l’entrepreneuriat et l’innovation » co-fondée par Delphine Remy-Boutang (fondatrice de l’agence digitale the bureau basée à Paris et Londres, experte en réseaux sociaux) et Catherine Barba (entrepreneur, experte en e-commerce et digital retail, Business Angel). La thématique de cette journée qui se déroulera le 10 mars aux Folies Bergère ? : “Meet the future !”.

Pour cet événement promouvant le digital et les femmes qui le font, les organisateurs promettent de l’innovation sur le fond et la forme… :
– dès leur arrivée aux Folies Bergère, les invités se verront remettre un véritable tattoo connecté. Cette expérience inédite, écologique et pratique les accompagnera et facilitera leurs interactions tout au long de l’événement (programme, appli de networking,..). En outre, il permettra aux visiteurs de récupérer des « savoirs à emporter » sur les différents corners du village du futur. Kezako exactly ? On n’en sait pas plus pour l’instant.
– au niveau des conférences, la JFD a imaginé un format inédit mêlant contenus inspirants, moments de réflexion et de nombreux temps d’évasion. Ainsi, le programme se déclinera à travers divers talks, battles, duos, stand ups, et animations sous des formats courts et dynamiques.

Journée de la Femme Digitale
« Avec cette 4ème édition, nous entendons encore et toujours casser les stéréotypes. Nous avons eu envie plus que jamais d’aller plus loin que l’imaginaire et le déclaratif. Aussi, les invités seront accueillis dans un village du futur. Nous souhaitons créer la surprise à chaque instant et que chacun reparte avec des savoirs et une piste inspirante pour sa propre vie » commente Delphine Remy-Boutang.
– entre les différents talks et interventions, les participants pourront assister à des intermèdes digitaux, créatifs et artistiques dans ce lieu de spectacles renommé. Ils seront invités à se rendre dans le village du futur pour profiter des différents ateliers mais aussi des interventions variées et divertissantes se succédant tout au long de la journée sur la « live scène » de cet espace.
– enfin pour prolonger cet événement tout au long de l’année, l’organisation annonce cette année le lancement de JFD Connect : « un club exclusif des femmes du digital qui permet à celles qui le souhaitent de retrouver leurs pairs tout au long de l’année et de mettre en commun leur inspiration du futur. Si beaucoup nous remercient de leur offrir cette belle journée, nombreuses sont celles qui regrettent ce seul rendez-vous annuel. Avec le JFD Connect, nous entendons ainsi créer un fil rouge entre nous et tisser un véritable réseau bienveillant » nous indique Delphine Remy-Boutang dans le communiqué de presse.
– Pour finir, comme tous les ans, la JFD célébrera et nominera deux femmes digitales : la femme « entrepreneur » et la femme « intrapreneur » de l’année.

Envie d’en savoir plus ?
Visionnez la vidéo de Delphine Remy-Boutang annonçant l’événement,
Visitez le site et consultez la liste des speakers : www.journeedelafemmedigitale.com/
Et suivez l’évènement sur la toile :
Suivez la JFD en ligne : #JFD16
Twitter : @JFDParis 
Facebook : La Journée de la femme digitale
Instagram : JFDParis
YouTube : Journée de la femme digitale
Google+ : Journée de la femme digitale
Scoopit : Journée de la femme digitale

Pour conclure, on est bien sûr en droit de questionner la nécessité de célébrer un événement digital au féminin. Faut-il promouvoir la place des femmes dans le digital ou bien viser une plus grande égalité hommes-femmes dans le monde de l’entreprise de manière plus globale, digital ou pas ?… L’auteur de ces lignes n’ayant pas encore vu ces réseaux féminins à l’oeuvre n’apportera pour l’instant pas de réponse à cette question… Rendez-vous pour dans quelques mois ?…

A propos de l'auteur

Ex publicitaire (BETC, DDB...), j'ai fait ma propre transformation digitale et m'occupe désormais du marketing chez un pure player, eh ouais. Blogue aussi sur "Couscous Royal" (magaliheberard.com), où étonnamment je ne parle pas de merguez.