Twitter met à jour son règlement pour mettre fin aux abus et harcèlements.
Réseaux Sociaux

Twitter met à jour son règlement pour mettre fin aux abus et harcèlements.

Courant décembre 2015, Marine Le Pen avait publié sur Twitter des images très crues montrant des exécutions menées par l’État Islamique. Plus récemment c’est une histoire de cyberharcèlement de grande ampleur qui semble animer la toile avec la diffusion d’image compromettante d’une jeune lycéenne (ndlr : les nom et prénom ont été retirés). Plus que jamais, il était nécessaire que Twitter mette à jour son règlement concernant la « liberté d’expression » sur son réseau social.

Si depuis longtemps le réseau social a été critiqué pour ses largesses concernant les abus, insultes et autres contenus pouvant soit choquer, soit être considérés comme du harcèlement, du nouveau va arriver.
Le 30 décembre, Twitter a publié sur son blog une note annonçant une mise à jour de son règlement. Cette mise à jour a pour but de clarifier ce que le réseau social considère comme un comportement abusif ou une conduite haineuse.
« Cette mise à jour confirme que Twitter ne tolérera pas des comportements ayant pour but de harceler, intimider ou utiliser la peur pour mettre sous silence la voix d’un autre utilisateur. Comme toujours, nous encourageons la diversité des opinions et des croyances, mais nous continuerons de prendre des mesures sur des comptes qui dépassent certaines limites ».
Megan Cristina – Director, Trust & Safety.

Il existe différentes fonctionnalités pour se prémunir des abus. Un utilisateur peut bloquer un autre utilisateur, ou le muter. Il peut aussi signaler un message ou un contenu inapproprié. Deux mesures peuvent être prises par Twitter :
– en cas de hack : demander une confirmation du numéro de téléphone ou de l’email ;
– en cas d’abus : demander à l’utilisateur de supprimer le tweet incriminé, ou directement bloquer le compte pour une période donnée (12 heures, 2 jours, etc.) jusqu’à la suppression complète du compte.

twitter règlement cyberhacèlement

Cette mesure arrive peut-être un peu tard, car les cas de cyberharcèlements sur Twitter sont de plus en plus nombreux. En se concentrant sur des comportements de consommateurs, Twitter aurait-il oublié la protection des utilisateurs les plus jeunes et les plus vulnérables ?

Send this to a friend