La guerre des objets connectés : utilité ou sécurité ?
Étudesobjets connectés

La guerre des objets connectés : utilité ou sécurité ?

Alors que les fêtes sont imminentes, de nombreux objets connectés vont faire leur apparition sous le sapin : Iwatch, objets de tracking Withings, motion cookies Sen.Se pour la maison, sabre laser (fan base represent!), balance intelligente Terraillon,… Beaucoup de marques se mettent à la folie de IoT (Internet of Things) pour répondre à des besoins ou en créer de nouveaux.

Mais côté utilisateurs, comment voit-on les objets connectés ?  Quels usages et quelle sécurité ?

Hiscox a mené une étude sur la perception des Français sur l’hyper digitalisation de leurs objets du quotidien. Les principaux résultats dans cette infographie :propal 3_2

Conclusions de l’étude : les français sont intéressés par les objets connectés notamment pour la smart home et la santé. Certains sont même déjà devenus accros du quantified self.

Mais de grandes interrogations subsistent quant à la sécurité des données collectées par ces objets. En effet, à qui les données appartiennent-elles ? 39% des répondants ne savent pas. Les 2/3 pensent que leurs données sont mal protégées dans tous les cas et 76% ne veulent pas partager leurs données personnelles. Les fabricants doivent donc faire preuve de plus de clarté dans la gestion des données et des fonctionnalités.

Ma conclusion : la sécurité des objets connectés reste à prouver, mais également leur efficacité.

En effet, mon tracker d’activités Withings (que j’ai eu en cadeau) m’a gratifié de 3 000 pas et de 2km de plus alors que j’étais immobile dans le public de Danse avec les stars en train d’applaudir (non je n’ai pas honte car c’était quand même cool de voir les danses en vrai et de voir le dispositif digital de myTF1 derrière l’émission, donc j’achète). Certaines heures d’insomnie ont été également ignorées par le même tracker pour mon sommeil.

L’essentiel  pour les objets connectés, c’est de créer de la data fiable, mais qui a également de la valeur pour l’utilisateur. En effet, je n’ai pas besoin de mon bracelet pour comprendre que j’ai mal dormi cette nuit. Donc, what’s next ? Quelles exploitations de cette masse de données que les fabricants sont en train de récupérer bien souvent à notre insu ?

Les gadgets c’est cool, mais même si je suis geek, ça ne suffit plus (à part s’il y a un BB-8 dessus, oui je reviens sur Star Wars et sur cet excellent épisode 7). Les marques devront donc faire preuve de plus d’audaces dans les années à venir pour susciter mon intérêt.

Et vous, que pensez-vous de la vague des objets connectés ?

Plus d’informations sur l’étude ici

Send this to a friend