Dans les premiers mois de l’année 2015, IBM et Apple ont conclu un accord afin d’offrir aux employés la possibilité de choisir entre un PC ou un Mac. L’objectif d’IBM étant de déployer 50 000 macs d’ici la fin de l’année. Jusqu’ici, les employés semblent apprécier leur nouvel outil de travail et notamment, semblent rencontrer bien moins de problèmes que leurs collègues utilisant un PC. Encore mieux, IBM constate qu’il est bien moins couteux d’apporter un support technique pour des Macs que pour des PCs.

Chez IBM seulement 5% des utilisateurs Apple appellent le service support, contre 42% pour les PC.

C’est lors d’une conférence donnée par Fletcher Previn pour JAMF qu’ont été présentés les premiers chiffres de cette initiative. Depuis le début de la mise en place du plan, IBM installe 1900 Macs par semaine et compte désormais 130 000 appareils Apple (Macs et iOS). Les employés bénéficient d’un support technique donné par 24 techniciens, faisant que ces derniers gèrent chacun 5 375 employés. Fletcher Previn poursuivra en déclarant que « chaque Mac que nous achetons nous fait économiser de l’argent ». Bien qu’un PC soit nettement moins cher à l’achat, la valeur résiduelle d’un Mac est nettement plus élevée. Après 3 ou 4 ans d’utilisation, un Mac tient encore la route !
D’après Gartner, le nombre optimal d’employés dans un service de support technique par employés dans une entreprise devrait être de 1 pour 70, la moyenne étant à 1 pour 242. Ici, IBM explose totalement les scores avec 1 technicien pour presque 5 400 employés !

Avec des chiffres aussi parlant pour un déploiement à grande échelle pour une entreprise, Apple et IBM relancent un sacré débat ! Si les macs sont plébiscités dans certains secteurs ‘créatifs’, il est rare de les retrouver en grand nombre dans de secteurs plus rigides. Bien que pro-Apple (dans la mesure du raisonnable), je ne prendrais pas part au débat, mais les chiffres sont criants à l’heure ou les entreprises sont à l’affut de la moindre économie.