En conception web, on parle souvent d’User eXperience et d’User Interface, c’est-à-dire expérience utilisateur et interface utilisateur. Cet article vous aidera à distinguer les deux. Dans leurs formes abrégées, UX et UI ressemblent à une équation mathématique complexe. En réalité, l’appréhension de ces concepts est accessible à toute personne ayant une expérience de la navigation sur internet.

L’UI s’intègre dans une stratégie UX globale.

L’expérience utilisateur (UX) ne se résume pas à l’interface utilisateur (UI). Elle intervient bien en amont d’une conception web. Le design de l’interface (UI) en est la couche superficielle, ce qui ne veut pas dire qu’il est facultatif ou moins important. L’UI doit s’intégrer dans une stratégie UX plus globale.

Dans la même catégorie

Le problème, c’est qu’on assimile à tort l’UX à l’UI. Cela revient à dire que l’expérience utilisateur se limite au à un joli design, sans interaction. Pourtant, l’interface est un concept qui a pris de l’épaisseur avec le développement de l’internet commercial. L’interface est devenue raffinée et jolie, justement parce qu’internet n’est plus réservé à un public d’informaticiens !

L’interface utilisateur fait le lien entre l’humain et la machine, elle permet justement à l’internaute de naviguer facilement sur un site sans trop d’efforts. Les pistes d’améliorations sont nombreuses : couleurs, typographies, organisation des contenus. L’UI, c’est l’agencement des éléments graphiques et textuels pour une interface toujours plus attrayante.

On le sent, travailler l’approche UI n’est pas suffisante pour améliorer l’expérience utilisateur. L’approche UX prend en compte dès la conception et de manière globale les besoins des utilisateurs pour apporter des solutions efficaces à leurs problèmes et à leurs attentes.

L’UX est une conception centrée utilisateur qui intègre l’UI mais aussi les contenus et l’architecture du site. Faire de l’UX, c’est optimiser la navigation pour que l’internaute atteigne facilement son but (recherche et partage d’informations, achat). D’ailleurs, l’UX est soumise à la validation des internautes alors que l’UI se fonde sur des normes esthétiques, techniques et logiques.

Le process de l’UX : une conception centrée utilisateur.

L’UX prend en compte les attentes et les besoins de l’internaute pour l’amener à concrétiser son action sans effort et dans un environnement agréable, fluide et rassurant. Tout manquement expose le site à un abandon de la part des utilisateurs et donc à un déclin de son audience. Plusieurs étapes permettent de certifier la prise en charge de l’UX dès la conception.

Magnus Reveng parle ainsi de findability, accessibility, desirability, usability, credibility and usefulness pour modéliser l’expérience utilisateur.

  • Visible : Faire un site qu’on ne peut pas trouver, c’est dommage. Cela rend indispensable un travail sur les outils de référencement naturel en amont, une bonne intégration des médias sociaux et un travail sur le nom de domaine et les moteurs de recherche.
  • Accessible : Il faut concevoir des sites supportés par différents terminaux (responsive web design), systèmes et navigateurs. Il est aussi important d’intégrer le handicap auditif et visuel dans cette réflexion.
  • Esthétique : Envie et confiance vont ensemble, “les jolies choses marchent mieux“, c’est toute la philosophie de la marque à la pomme par exemple. Il faut de la cohérence dans le choix des graphismes et surtout penser le design en termes d’ergonomie.
  • Intuitif : Il faut pouvoir se repérer facilement dans l’architecture d’informations. Le site doit être suffisamment intuitif pour ne pas se perdre dans la recherche. L’enjeu, c’est de maîtriser une masse souvent considérable d’informations et de faciliter aussi la fluidité dans la navigation hypertexte.
  • Cohérent : Le site doit être instantanément conforme à l’image de la marque ou de l’acteur. Les utilisateurs en arrivant sur la page d’accueil doivent être rassurés et convaincus. Ils doivent partager les valeurs du site, ce qui favorisera leur adhésion aux contenus et prolongera leur visite.
  • Efficace : l’internaute doit facilement trouver les réponses à ses problèmes. Le site ne doit pas être inutilement chronophage. La visite doit se prolonger par plaisir et devenir régulière par envie. Le site ne doit pas comporter d’erreurs, il doit surtout satisfaire.

L’UI intervient à de nombreuses reprises dans ce processus pour concevoir une interface avec un design beau et fonctionnel et inspirer confiance. Toutefois, limiter sa vision de l’UX à l’UI ne donnera pas un produit viable. Il ne faut jamais dissocier le but de l’utilisateur et le but du site, ils sont symétriques dans cette approche. Autrement, l’internaute s’en rend compte assez vite et la sanction est sans appel. Il faut lui permettre de trouver ce qu’il est venu chercher dans les meilleurs délais et avec une facilité évidente.