Comme annoncé plus tôt en juin 2015, Lexus avait préparé les plus geeks d’entre-nous à découvrir enfin un hoverboard fonctionnel. Un design épuré et soigné, et une technologie empruntée aux fameux maglev, ces trains japonais guidé par force magnétique leur permettant d’atteindre des vitesses incroyables.
Un beau coup de pub pour la marque qui n’en est pas à son premier coup d’essai puisque la rubrique Brand Poursuit de son site est destinée à “célébrer les créations innovantes, les technologies durables and les expériences premium dans le monde”. Rien que ça…

Un mini-site dédié.

Lexus a créé la page Amazing in Motion hébergée sur son site afin de présenter l’ensemble du projet de son hoverboard.
C’est tout de même un beau bébé puisque l’appareil pèse presque 12kg et semble aussi relativement épais. Si Lexus le destinait à une population d’amateurs de sensations fortes, le constructeur devrait tomber sur un gros os. Comme on le voit dans sa vidéo, l’appareil remet en question les bases mêmes du skateboard et ne semble pas tout à fait maniable…

On ne vous fait pas attendre plus longtemps :

Ce que Science & Avenir en dit sur l’effet Meissner.

Si l’hoverboard de Lexus semble plus proche de cette solution, on notera toutefois qu’il n’est pas tout à fait identique. En effet, on distingue un mince filet de fumée blanche qui s’échappe du dispositif. Ce qui laisse penser à un mécanisme de refroidissement à très basse température à l’azote liquide par exemple. Le procédé exploiterait dans ce cas plutôt les propriétés de matériaux supraconducteurs. Ces derniers se caractérisent par leur absence de résistance électrique (ils n’opposent aucune résistance au passage du courant). Lorsque de tels matériaux sont portés à une température suffisamment basse, ils génèrent alors un puissant champ magnétique suite à un phénomène physique complexe appelé effet Meissner. Mais ce phénomène ne suffit pas à lui seul à assurer la lévitation.
Pour que cela fonctionne, il faut non seulement que la planche intègre des éléments supraconducteurs refroidis à très basse température, mais aussi qu’elle se trouve au-dessus d’un rail d’aimants qui génèrent leur propre champ magnétique.

Source : Science et Avenir.

Le défi relevé et expliqué par Lexus :