En moins d’une semaine, les mondes de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle ont encore tremblé. Que ce soit du côté de Apple, Facebook, Google ou même Shazam, les actualités prolifèrent, démontrant l’importance de l’enjeu pour chacun de ces acteurs d’être à la pointe de la technologie sur ces marchés encore méconnus et confondus. Pour faire simple, alors que la réalité virtuelle est de l’ordre de la simulation, la réalité augmentée ajoute des éléments au réel. Immersion : 

Réalité augmentée:

Apple

Apple Metaio

L’empire vient tout juste de racheter Metaio, une startup allemande spécialisée dans la réalité augmentée. Créée en 2003 à la suite d‘un projet interne de chez Volkswagen, cette pépite est déjà développée dans plus de 30 pays. Vous avez d’ailleurs peut-être déjà vu le fruit de son travail via l’application qu’elle a développée pour Ferrari en avril dernier.

La question reste de savoir à laquelle de ses solutions Apple va intégrer cette technologie. On sait déjà que le groupe travaille sur un casque à réalité augmentée, compatible avec l’iPhone. Il semble aussi évident que son application Maps pourrait très bien être dotée d’une fonction de reconnaissance de l’environnement.

Shazam

Visual Shazam

C’est peut-être pour l’instant la nouveauté qui va parler le plus au grand public. Avec ses 100 millions d’utilisateurs mensuels, l’application légendaire qui vous permet depuis plusieurs années de retrouver presque n’importe quel morceau, quelque soit l’endroit ou vous l’entendez vient tout juste d’annoncer le lancement de « Visual Shazam », une expérience interactive de réalité augmentée pouvant être vécue par l’utilisateur lorsqu’il scanne un QR Code, un objet ou une affiche. En résulte la découverte sur son mobile de contenu interactif exclusif, coupons, fonctions d’achat et de partage.

Les sources visuelles scannées seront réalisées en partenariat avec des annonceurs, dont on peut déjà citer quelques noms tels que Evian, Guerlain, Levi’s ou encore Disney. Au final, on retrouve ici le concept du QR Code, mais à travers un canal plus user friendly et moins froid que le fameux carré pixellisé blanc et noir.

Il est cependant important de rappeler qu’il était déjà possible de shazamer une émission à la TV (surtout aux Etats Unis), afin d’accéder également à du contenu exclusif. Avec cette dernière annonce, il semble clair que l’application s’attaque de front à Google Goggles.

 

Réalité virtuelle:

Google

Cardboard-google

Alors qu’il est réputé pour avoir énormément travaillé sur la réalité augmentée, via le projet des Google Glasses, lors de son traditionnel keynote Google I/O, le géant a clairement fait comprendre l’importance qu’il accorde également au sujet de la réalité virtuelle. Le message est passé au travers de plusieurs nouvelles. Tout d’abord, le casque en carton Cardboard, inventé par un ingénieur français, a été amélioré. Ce gadget, qui à l’aide de ses deux lentilles grossissantes permet de s’immerger dans un décor virtuel, sera désormais compatible avec plus de mobiles, et surtout pourra fonctionner avec un iphone.

Il offrira de plus la possibilité aux écoles de proposer à leurs élèves des sorties scolaires virtuelles. Ces derniers pourront explorer les environs hyper réalistes d’une zone géographique, ou découvrir les moindres recoins d’un monument par exemple.

Google-Jump

Parallèlement, Google a annoncé la sortie prochaine d’un nouvel écosystème, baptisé Jump, co-développé en partenariat avec GoPro. Il est composé d’un produit destiné à capturer des images à 360 degrés. En gros c’est un anneau, sur lequel on accroche 16 caméras. Là ou le projet sonne plus sérieusement, c’est au niveau de l’algorithme, qui a été développé afin d’assembler les images, et du logiciel qui permet de monter ces vidéos de réalité virtuelle. Chacun pourra vivre ses propres vidéos, dans le cas où il possède l’appli Youtube, un smartphone et un Carboard.

 

Facebook

Facebook Oculus Rift

C’est via sa filiale Oculus que Facebook s’enfonce de plus en plus profondément dans l’univers de la réalité virtuelle. Ce casque, tout comme le Gear VR de Samsung, le Morpheus de Sony, ou encore le Vive de HTC est initialement destiné aux jeux vidéo, sur le principe de l’immersion virtuelle.

Oculus vient d’acquérir la startup britannique Surreal Vision, qui propose une technologie permettant d’intégrer des décors réels aux paysages virtuels en temps réel. En d’autres mots, elle permet « de capturer, d’interpréter, de gérer, d’analyser et enfin de projeter en temps réel une scène du monde réel à l’utilisateur, créant ainsi une nouvelle réalité mixte qui réunit les mondes virtuels et réels ».

Cependant, Facebook ne souhaite pas s’enliser dans une technologie créant l’isolement, et a ainsi rapidement annoncé vouloir faire de l’Oculus une plateforme de communication et de partage. Le premier pas vers cette sociabilisation du projet a été effectué fin janvier via le film Lost. L’idée a été de proposer à deux ou plusieurs personnes équipées du casque de s’immerger dans l’environnement du film, et de l’explorer ensemble. Le cinéma serait donc le premier terrain de jeu de cette réalité virtuelle sociale, selon Facebook.

 

Google semble être le seul à être réellement positionné sur les deux marchés. Cependant, même pour eux tout ne semble pas pour autant rose. Le fait qu’ils viennent tout juste de mettre à disposition du grand public leurs tablettes Tango le prouve. Ces dernières, initialement uniquement achetables sur invitation, sont bardées de capteurs destinés à scanner en temps réel un environnement réel en 3D pour ensuite le modéliser. Après avoir divisé son prix par deux, voilà que n’importe qui peut l’acquérir pour 512$ : le projet pourrait donc manquer de réceptivité de la part de la communauté des développeurs.

microsoft-hololens

Un projet extrêmement ambitieux en tout cas, aux limites difficilement décelables, qui n’est pas sans rappeler le projet Hololens de réalité augmentée de Microsoft, présenté en janvier dernier. A la croisée entre la Google Glass et le Oculus Rift, le casque Hololens, qui pèse 400 grammes, et est doté de 18 capteurs, affiche des hologrammes dans l’environnement réel, augmentant la réalité au sens propre du terme. Alors Jedi, prêt ?