Non, « Dooh » n’est pas une onomatopée tout droit sortie de la bouche d’Omer Simpson ! De même type que Zola n’est pas un fromage italien.
DOOH, est l’acronyme de Digital Out-Of-Home et c’est un terme qui est utilisé pour définir l’affichage digital (ou numérique) sous toutes ses formes. Il peut appartenir à une régie, ou être le résultat de la mise en place de tout un dispositif d’écrans dans un magasin comme Tesco a pu le faire.

Un format salvateur pour les régies.

Philippe Baudillon, pdg de Clear Channel France l’annonçait lors des Trophées Marketing Magazine en avril 2013, « l’avenir de l’affichage se trouve dans le digital ». Bien que depuis, l’érosion du chiffre d’affaires des médias traditionnels se poursuive, CCO (Clear Channel Outdoor) a publié pour son premier trimestre 2015 un C.A. en hausse de +5%. Malgré une perte de -34M$ (-97M$ à N-1), cette augmentation du chiffre d’affaires est soutenue par le développement du parc d’affichage digital.
Depuis juin 2014, Clear Channel UK intègre une offre de programmatique sur certains totems en centre commercial. À travers la plateforme proposée par NEC, les annonceurs pourront « automatiser l’achat, la planification, la diffusion et l’optimisation en temps réel de leurs campagnes d’affichage numérique ».

4 tendances du Digital Out Of Home.

En moyenne, un consommateur lambda est exposé à 14 minutes de DOOH par semaine, et les investissements sur ce canal devraient augmenter de 14% chaque année jusqu’en 2017. IAB a mis en exergue 4 tendances émergentes de l’affichage numérique pour les mois à venir.

Le ciblage cross-platform.

Alors que les appareils mobiles deviennent plus avancés et plus présents dans nos vies, la prolifération des écrans digitaux s’accompagnera de technologies interactives. NFC, iBeacon, géolocalisation, permettront aux annonceurs de transmettre un message ciblé et personnalisé.

Des messages adaptés au contexte.

Alors que nous passons plus de temps en dehors du domicile, ce comportement devrait s’accentuer dans les années à venir. À l’avenir les affichages numériques devraient pouvoir proposer des segments d’audience spécifiques à des lieux très précis. À savoir aussi que les consommateurs très réceptifs aux nouveaux concepts d’affichages et 41% attentifs dans les lieux publics qu’à la maison.

Plus de créativité.

Du mobilier urbain à la réalité augmentée, les expériences « live » se développent. Bien que ces opérations fassent partie de campagnes très larges, elles permettent de toucher une audience unique avec un lien fort entre le lieu et le message.

Du retargeting ?

Les données mobiles et contextuelles offrent une nouvelle voie dans l’évaluation des supports. Les critères géographiques sont aussi importants pour l’affichage extérieur qu’ils le sont pour le mobile. Du retargeting IRL pourrait alors voir le jour suivant des critères démographiques. Il s’agira alors de délivrer un message très conceptualisé et proche de point d’achat.